Centre de Formation : équipe U20

Pour 2016/2017, les moins de vingt ans (U20) de l’ESBVA-LM, parrainées par la joueuse professionnelle Marielle AMANT, évoluent en NF2 poule D, avec les équipes de Wasquehal, Aubervilliers, Hainaut, Vosges Nord, Trith, Dijon, Calais, Mulhouse, Charleville-Mezières, Furdenheim, et Soisson. A noter que dans ce championnat, seules les équipes des Centres de Formation  (soit, ici, outre l’ESBVA-LM, le Hainaut et Charleville-Mezières) ont la contrainte de ne pouvoir faire jouer que des moins de 20 ans. Le calendrier est consultable via le lien : http://resultats.ffbb.com/championnat/b5e6211e3766.html?r=200000002733926&d=200000002782205&p=1  (aller jusqu’à la poule D). Il est mis à jour en temps réel en cas de modification.

En parallèle, l’équipe dispute un championnat réservé exclusivement aux espoirs des centres de formation de clubs professionnels avec, outre le Hainaut et Charleville, Bourges, Mondeville et Angers.

A l’exception de trois joueuses qui ne peuvent évoluer que dans la catégorie U20 (Lea Duvauchelle, Sadan Konte et Honorine Lemaire), l’équipe est composée de joueuses pouvant évoluer également en U18.  La liste complète des joueuses du Centre de Formation figure sur la page « Recrutement et détection ». L’équipe est coachée par Olivier Dhalluin assisté d’Alexandre Coulomp et Germain Abran.

15057984_10208047593088614_1574179_n

L’équipe U20 dans une de ses compositions possibles…

Prochain match : 1er avril 20h à Aubervilliers (champ NF2) ; prochain match championnat Espoirs : 20 avril.

Classement de la poule « Nord » du championnat des espoirs de Centre de Formation après 8 matchs :

  1. Bourges : 14 pts (-1 match)
  2. ESBVA-LM : 13
  3. Hainaut Basket : 13
  4. Mondeville 11
  5. Angers : 9 (-1 match)
  6. Charleville-Mézières : 9

Classement de la poule NF2 après 18 journées :

  1. Calais : 34 pts
  2. Furdenheim : 33 pts
  3. Dijon : 32 pts
  4. Trith : 31 pts
  5. Mulhouse : 31 pts
  6. Wasquehal : 30 pts (-1 match)
  7. ESBVA-LM : 27 pts
  8. Vosges Nord : 27 pts
  9. Aubervilliers : 25 pts
  10. Soisson : 25 pts
  11. Hainaut : 24 pts (-1)
  12. Charleville : 20 pts

Résultats des rencontres déjà disputées :

⇒ 18 mars : victoire importantissime contre le Hainaut : 78/75

Un match décisif n’est, par définition, jamais zen, mais quand, en plus, le scénario joue ainsi le yoyo avec les émotions, il est prudent aux cardiaques de s’abstenir. Le stress semble d’abord envahir surtout les villeneuvoises, qui, certes, se battent pour la conquête du ballon mais semblent paralysées en attaque et en défense. On en est ainsi à 0/6 quand, enfin, Fanta suivie de Léa débloquent le compteur des locales. Une belle combinaison Lea-Hélène-Fanta met les deux équipes à égalité de points… mais en trompe l’œil parce que, après à peine plus de quatre minutes de jeu, les locales, trop en retard en défense sur des amandinoises qui attaquent le cercle en drive, sont déjà à 4 fautes collectives. C’est ainsi en s’appuyant largement sur les lancers francs que, malgré deux triples d’Anaïs sur ses deux premiers ballons et un 2+1 d’Hélène, le Hainaut Basket vire nettement en tête à la fin du premier quart : 21/28.

On sent de meilleures intentions des filles d’Olivier Dhalluin à la reprise : La défense gruyère du premier quart comble ses trous, et on y repère déjà une grosse activité de Sadan. Les attaques, initiées par un triple de Fanta sont plus précises. Résultat : après presque trois minutes, le retard est comblé : 30/30. C’est Haby qui installe, pour le première fois, les siennes devant. On repère un joli « coast to coast » de Valentine, et un troisième triple d’Anaïs, mais, à nouveau, l’ESBVA-LM jouera quatre minutes dans la pénalité. Les locales atteindront quand même la mi temps avec une légère avance : 41/39.

On croit, côté Villeneuvois, que le plus dur est fait, surtout que, dès la reprise, un drive ligne de fond de Carla accroît l’écart, mais c’est à nouveau la défense locale qui lâche : trois panier « ligne de fond »  puis un triple des visiteuses et voilà un nouveau changement de leader, et un écart qui grimpera jusqu’à -7 quand, à 6’12, Olivier prend temps mort. Sans effet notoire : chacune, en attaque essaye d’y aller de son action quand, en face les filles du Hainaut enchaînent des pick and roll efficaces. Après avoir encaissé un 4/15, Hélène en solo, Haby dessous et Monique en drive empêchent leur équipe de couler totalement, mais la défense ne suit toujours pas et, à l’ultime pause, on peut être bien pessimiste : 53/63

Mais c’est oublier que, de même qu’il peut se déliter de façon incompréhensible, ce groupe peut aussi se prendre, en main et se révolter. Un triple de Lea, des lancers francs d’Anaïs, un contre en défense de Fanta qui conclut l’attaque suivante, et voilà les « Guerrières juniors » sur les talons de leurs adversaires (-2), et c’est brusquement Saint-Amand, en difficulté en défense, qui se retrouve à quatre fautes d’équipe après trois minutes. La succession de lancers qui en suivra permettra à Léa, en bonne capitaine, d’égaliser à 65. Un improbable trois points avec la planche d’Anaïs porte l’avance à +4.et le score en restera à +3/+4 jusqu’à ce que le Hainaut, tentant le tout pour le tout, monte sa défense et gagne quelques contre-attaques. L’égalité (74) revient à 1’50 de la fin, elle perdurera. Le Hainaut rate ses tirs… pas Lea qui inscrit le triple décisif. Un lancer franc de chaque côté et une ultime défense gagnante de Sadan. 78/75 ; explosion de joie dans le Palacium qui se remplissait petit à petit.

ESBVA-LM : 78 / UHB : 75 (21/28 ; 20/11 ; 12/24 ; 25/12). A noter les 45 points du banc contre 5. Anaïs Bardy : 19 points (dont 4 à 3 pts) ; Fanta Sanogo : 15 pts ; Lea Duvauchelle : 12 pts ; Haby Cissokho : 10 pts ; Kélène Jakovljevic : 7 pts ; Sadan Konte : 5 pts ; Valentine Desreumaux : 4 pts ; Monique Ilouga Mbey : 4 pts ; Carla M’Baye : 2 pts : Coumba Sow.

Si, pour le championnat NF2, ce résultat est anecdotique, pour le championnat des Centres de Formation, il est décisif car il place l’ESBVA-LM en deuxième place, c’est à dire place qualificative pour le final four national alors qu’il reste deux matchs à disputer (20 avril contre Angers et 29 avril à Mondeville). A défaut d’une constance qui leur serait fatale en final four, les Guerrières juniors, ont montré, sous les yeux attentif de leur marraine Marielle Amant, des talents et des vertus morales. Elles se sont mis en situation d’avoir totalement leur destin entre leurs mains. A elles de jouer…

⇒ 11 mars : Défaite (toujours) de peu à Dijon : 77/73

Compte rendu extrait du local « Bien Public »  : « Au terme d’un match de plus de plus deux heures et haché par d’innombrables coups de sifflet (61 fautes), les joueuses du CSL Dijon se sont imposées face aux espoirs de Villeneuve d’Ascq (77-73). Les locales sont en effet passées par tous les états. En imposant une pression défensive de tous les instants, elles prenaient un départ idéal (10-0, 4e ). Abroskina et Anastas alimentaient la marque et le Cercle s’envolait au tableau d’affichage (24-7, 10e puis 30-7, 12e ). Mais, alors que l’on pensait les Dijonnaises parties pour passer une soirée tranquille, ce sont les Nordistes qui se réveillaient. Les jeunes espoirs refaisaient une partie de leur retard avant la pause (41-29, 20e ), recollaient tout au long de la seconde période (59-51, 30e ), puis passaient même devant, à six minutes du terme de la rencontre (62-63, 34e ). La fin de partie était alors à déconseiller aux cardiaques (66-66, 38e ) et le CSL Dijon tremblait jusqu’au bout avant de pouvoir souffler pour de bon, grâce à l’expérience de Claire Tomaselli et à une belle adresse aux lancers-francs dans le money-time « .

⇒ 4 mars : Défaite de peu chez le leader Calaisien : 68/60 (18/11 ; 19/16 ; 14/18 ; 17/15)

Les Guerrières juniors ont laissé filer leurs adversaires en première mi-temps en raison de trop nombreuses balles perdues offrant des contre-attaques faciles aux calaisiennes, et d’une défense trop permissive. Le point le plus noir de la soirée est la blessure d’Alpha qui devrait la laisser éloignée des terrains plusieurs semaines…

⇒ 25 février : lourde défaite à Trith-Saint-Leger : 57/41 (16/9 ; 13/12 ; 16/9 ; 12/11).

⇒ 11 février : victoire quand même, mais sans sérénité.

Les mini-Guerrières recevaient l’équipe de Vosges-Nord (qui les avaient battues à l’aller de deux points) en l’absence de leur head-coach, Olivier, retenu hors région (mais qui passa l’essentiel de son temps au téléphone à s’informer du déroulement de la rencontre). Ljuba étant, elle, à Angers, ce sont donc Benjamin Butez et Alexandre Coulomp, assistés de Germain Abran qui officient sur le banc. C’est Valentine qui se met la première en évidence, d’un triple puis une contre-attaque, suivie d’un joli hook de Coumba. Mais les visiteuses tiennent la dragée haute grâce à un impressionnant secteur intérieur sur lequel les villeneuvoises peinent à défendre. 8/9 sera le dernier avantage des vosgiennes. Un beau jeu à trois intérieur Valentine/Léa/Fanta et un premier triple d’Alpha plus loin, les locales pointent à 15/9, Alpha récidive avant que, sur deux actions de Lea (une interception et un triple) la période ne s’achève sur un 23/14 encourageant.

Mais la reprise calme ceux qui seraient tentés par un excès de confiance. Ça rentre d’un côté et pas de l’autre et voilà Benjamin poussé à un temps mort rapide à 23/19. Deux lay up ratés plus loin, on s’inquiète franchement. Heureusement, une passe d’Alpha sur Fanta, puis un raid d’Honorine permettent de stabiliser l’écart (27/23 aux cinq minutes). Le jeu à deux Alpha-Fanta continue à payer et une contre-attaque de Monique redonne huit points d’avance. S’en suit une période de défense haute de l’ESBVA-LM particulièrement efficace qui, sur trois ballons volés et convertis par Valentine accroissent encore l’écart, surtout contenu, côté visiteuses par une belle adresse aux lancers-francs. 40/30 à la mi-temps : le sourire, un instant crispé, est revenu malgré un souci : Hélène, touchée à la cheville, doit abandonner ses camarades.

Mais le scénario à la reprise douche encore le camp villeneuvois : rien ne rentre (quatre minutes sans marquer) quand, en face, le jeu intérieur et les lancers francs grignotent l’écart. 40/38 : tout est (presque) à refaire. C’est alors que Sadan, Carla et Alpha (sur un nouveau triple) se rebiffent. Après un triple de Léa, le score est à 50/39 et on se dit que c’est reparti, mais une élévation de la défense adverse et les villeneuvoises se mettent à perdre leur lucidité et s’empaler dans la défense visiteuse jusqu’à… arriver à l’ultime pause à égalité : 50/50.

A la différence des pauses précédentes, cette fois ci c’est l’inquiétude qui règne dans le banc Villeneuvois que Benjamin essaie de calmer. Monique, à l’arraché, relance ses partenaires. Un nouveau triple d’Alpha et, à six minutes du terme, les mini-guerrières reprennent cinq points d’avance (57/52) aux cinq minutes. Une minute plus tard, l’écart monte à neuf sur un nouveau triple d’Alpha, d’autant que les vosgiennens commencent à donner des signes de fatigue et de perte d’adresse aux lancers francs. On croit pouvoir souffler, mais c’est alors qu’éclate un évident manque d’expérience et de maîtrise chez les jeunes villeneuvoises. Tout ce qu’il ne faut pas faire y passe : tirs précipités, dribbles inconsidérés au milieu de plusieurs adversaires, tétanie au rebond … et l’écart fond. Carla, puis Léa prennent leur cinquième faute. Heureusement que Monique reste zen aux lancers francs, mais à +5 à 15 secondes de la fin, Alpha (tellement énorme dans ce match qu’on lui pardonnera cette bévue) perd à son tour bêtement un ballon et le match se termine sur un +3 (66/63) qui donne à l’ESBVA-LM le point average particulier pour… une unité.

ESBVA-LM/Vosges Nord : 66/63 (23/14 ; 17/16 ; 10/20 ; 16/13). Alphonsine Lukisu Kadiese : 17 pts ; Valentine Desreumaux : 13 ; Lea Duvauchelle : 10 ; Monique Ilouga Mbey : 9 ; Fanta Sanogo : 8 ; Sadan Konte : 3 ; Coumba Sow : 2 ; Carla M’Baye : 2 ; Honorine Lemaire : 2 ; Hélène Jakovljevic.

⇒  4 février : défaite agaçante à Soisson : 67/65  (22-15 / 15-15 / 19-18 / 11-17). CR : O.D.

L’entame voit les jeunes villeneuvoises amorphes laissant Soissons installer son jeu et prendre confiance (match capital pour elles) malgré quelques réussites à 3 pts qui font illusion. 22/15 à la première pause, c’est beaucoup trop de points encaissés. Les guerrières junior se réveillent défensivement dans le deuxième quart, mais les approximations en attaque sont trop nombreuses devant la défense agressive des locales et une largeur du terrain qui fait perdre beaucoup beaucoup de ballon sur « talon en touche » (10 au total sur l’ensemble du match !). L’écart est malgré tout maintenu à -7 (37/30)sur une bonne fin de mi-temps après une première alerte (moins 12 à la 16ème ).

De retour des vestiaires, on pourrait croire à un réveil général, quelques cadres étant étrangement absentes jusque-là. Les filles d’Olivier Dhalluin reviennent à -3… avant de retomber alors dans leurs travers (erreurs défensives grossières, incapacité à construire une attaque cohérente). Soissons qui n’en demandait pas tant, s’envole à nouveau (+11 pts peu avant la fin du 3ème quart). Les jeunes villeneuvoises semblent avoir enfin pris conscience des efforts à fournir et effectuent un retour en deux temps : stabilisation du score autour de 6-8 pts de retard, puis, après un temps mort à la 34ème minute, elles fondent sur leurs adversaires pour revenir à 2 pts dans le sillage de Valentine, Alpha, Hélène et du duo Léa/Fanta enfin retrouvées. Elles auront même deux tentatives dans les dernières secondes pour tenter le hold-up. En vain ! Soissons aura su trouver notamment par l’intermédiaire de leur intérieure Gergelova (21 pts) les ressources nécessaires pour assurer leur victoire en bénéficiant également de quelques ballons mal négociés par l’ESBVA-LM qui aurait pu faire basculer le match.

Valentine 18 pts, Fanta 15 pts, Alpha 12 pts, Léa 9 pts, Carla 6 pts, Hélène 3 pts, Coumba 2 pts, Monique, Sadan, Nasserine.

Un scénario qu’on a déjà (beaucoup trop) connu cette saison ! Espérons que cette défaite serve au moins de leçon !

⇒ 28 janvier : Victoire facile, en lever de rideau du match pro contre Charleville-Mezières : 60/32 (19/7 ; 22/8 ; 9/11 ; 10/6)

21 janvier : Wasquehal s’impose à l’expérience : 57/52 (9/15 ; 14/15 ; 19/16 ; 15/6)

C’est d’abord un match à séries qu’ont livré les deux équipes, dans la salle Pierre Loti de Wasquehal où chacun tentait de résister au froid. Les filles d’Olivier Dhalluin commençaient mieux avec un 0/7 (5 pts de Valentine et 2 d’Alpha), mais les locales, profitant d’une certaine apathie défensive des villeneuvoises, réagissaient et, au terme d’un cinglant 15/2 atteignaient le premier quart avec une avance de six points (9/15). A la reprise, l’ESBVA-LM, par un joli backdoor de Carla sur passe d’Hélène entamait sa remontée, notamment en gagnant des défenses. A 3’40 de la mi-temps, sur une balle volée en zone d’attaque, Valentine réussissait le panier égalisateur, primé d’un lancer qui faisait passer les guerrières junior en tête (19/20). La même Valentine et Alpha faisaient flamber le score pour atteindre la mi-temps sur un prometteur 23/30.

Mais le retour des vestiaires voit deux équipes dans des états d’esprit différents : des villeneuvoises nonchalantes face à des wasquehaliennes  qui attaquent tambour battant sous l’impulsion, notamment de l’ex-villeneuvoise Victoria Ricart, qui inscrit, sur les quarante premières secondes, un 2+1 puis un… 3+1. Valentine, Alpha et Lea à trois points relancent leur équipe mais Myriam Ely (autre ex pensionnaire du centre de formation de l’ESBVA-LM) égalise à 36. Lea, Anaïs et Honorine concluent de nouveaux ballons arrachés en défense et le score atteint les +10, mais la fin de période est pour les locales qui reviennent, à l’ultime pause à 42/46.

2’20 après la reprise, c’est à nouveau Wasquehal qui reprend la tête. Le jeu devient très confus. Hélène doit sortir KO après un coup de coude (involontaire) reçu en défendant. On s’inquiète, mais apparemment plus de peur que de mal. Coumba égalise à nouveau à 48, mais l’expérience de gestion du fin de match est du côté des joueuses locales, plus matures. A quelques secondes de la fin, à 55/52, Carla tente le trois points de l’égalisation… qui échoue de très peu. Deux derniers lancers francs anecdotiques et le score se fige à 57/52.

⇒ 14 janvier : défaite et insatisfactions contre Furdenheim : 53/65

Certes, cette équipe de Furdenheim, dotée de joueuses expérimentées, talentueuse et de bonne taille, était particulièrement redoutable, mais le sentiment dominant, à la fin du match était une forme de colère, sur le banc et chez les spectateurs villeneuvois, car si les Guerrières juniors avaient fait preuve d’un peu plus de constance, de discipline et de concentration, il y avait moyen de sortir sur un autre résultat.

Le premier quart restait assez serré (15/17), mais on déplorait déjà des faiblesses villeneuvoises, notamment aux lancers-francs. A la reprise, deux balles perdues créaient un petit break, mais c’était surtout un manque d’agressivité défensive qui permettait aux alsaciennes de prendre le large. Deux paniers dont un triple de Lea, puis deux lancers d’Alpha permettaient quand même de limiter les dégâts à la mi-temps (24/31).

Au retour des vestiaires, on croit à un réveil des filles d’un Olivier Dhalluin qui s’agace au fil du match. Un joli drive ligne de fond d’Hélène, un triple d’Alpha et une contre-attaque de Carla ramènent le score à 31/33. mais, à nouveau, le différentiel d’adresse aux lancers francs pénalise les locales. Elles n’en reviennent pas moins une deuxième fois et atteignent l’ultime pause sur un prometteur 43/44.

Hélas, les fautes de marquage et d’inattention plomberont la fin. Après deux minutes de jeu, les villeneuvoises ont déjà (logiquement) 5 fautes collectives et subissent les lancers-francs adverses. En attaque, le manque d’application conduit à des mouvements brouillons. Lea et Hélène tentent de tenir la baraque, mais la fin est clairement en faveur des visiteuses qui terminent à 53/65

ESBVA-LM : 53 / Furdenheim 65 (15/17 ; 9/14 ; 19/13 ; 10/21).  Lea : 16 pts ; Hélène : 4  ; Valentine : 4 ; Carla : 8 ; Sarah : 1 ; Alpha : 10 ; Coumba : 6 ; Fanta : 4 ; SadanHonorine .

⇒ 14 décembre : victoire avec « supplément stress » contre Mondeville : 63/59

Pour ce dernier match de l’année, les U20 recevaient Mondeville dans le cadre des championnats des centres de Formation. L’équipe d’Olivier Dhalluin, avec une des réalisations de Valentine, commençait on ne peut mieux (9/0). On craignait qu’une panne informatique ne casse le rythme, mais les locales continuaient et atteignaient la première pause sur un satisfaisant 25/12. Elles dégageaient une telle supériorité qu’on était alors loin d’imaginer que ce sera la seule période que les villeneuvoises gagneraient.

La reprise voyait un beau drive de Monique, puis un plus acrobatique encore de Carla, mais un moment de passivité en défense faisaient revenir les visiteuses. Sur une dernière réalisation d’Alpha la mi temps était atteinte sur un écart inchangé : 39/26.

Au retour des vestiaires, on pense, après un triple d’Hélène et deux lancers-francs de Carla que l’ESBVA-LM s’envole irrésistiblement (44/26, plus gros écart du match). Mais les normandes ne renoncent pas et grignotent l’écart, profitant de maladresses des villeneuvoises, et l’ultime pause est atteinte sur un écart un peu réduit (52/41).

On pense que ce sera suffisant, mais, des pertes de ballons sur montée offensives, des fautes qui offrent des lancers-francs et des ratés aux shoots remettent les mondevillaises dans le match. Néanmoins, Coumba sous l’anneau, une bonne défense de Fanta qui se termine sur une contre attaque avec Hélène et Léa maintiennent, à 3’53 du terme, l’écart à dix points. C’est le deuxième passage à vide villeneuvois avec des pertes de balles après rebonds défensifs et tirs trop précipités. A 1’54, le score a fondu à 61/57 et, à 42 secondes du terme à 61/59. Deux lancers pleins de sang froid de Fanta libèrent tout le monde. 63/59 : les filles d’Olivier ont montré de très belles choses, mais aussi quelques fébrilités.

ESBVA-LM/Mondeville 63/59 (25/12 ; 14/14 ; 13/15 ; 11/18). Hélène : 9 pts ; Valentine : 14 ; Lea : 6 ; Fanta : 10 ; Haby : 2 ; Coumba : 4 ; Carla : 10 ; Monique 6 ; Alpha : 2 ; Sadan.

⇒ 10 décembre : défaite à Mulhouse (64/59) : « Rien ne sert de courir… » 

Contre une équipe qui jouait pour ne pas basculer dans la mauvaise partie du classement, il ne fallait pas rater le début de match et tenter de profiter de la fébrilité actuelle des Mulhousiennes. Hélas, le début de match des villeneuvoises n’est pas à la hauteur. Le manque de rythme, de détermination et de réussite laissent les filles de Mulhouse prendre confiance et les commandes de la rencontre. Entrant enfin dans la rencontre, les filles d’Olivier Dhalluin commencent à défendre et à mettre du rythme. Leurs efforts sont récompensés : suite à deux réussites à trois points de Fanta, les nordistes reprennent les commandes après cinq minutes… Ce sera éphémère : approximation en attaque, erreur en défense, l’ESBVA-LM retombe rapidement dans ses travers du jour. Elle aura mené trois minutes. Les Alsaciennes, ragaillardies par la bienveillance des visiteuses, en profitent pour finir le premier quart  avec un petit point d’avance. Les villeneuvoises payeront cash ce relâchement. Mulhouse a pris confiance, rentre ses tirs et en profite pour se détacher avec finalement huit points d’avance à la mi-temps (31-23)

Au retour des vestiaires, la situation ne s’améliore guère : toujours aussi apathiques, les visiteuses subissent et voient l’écart atteindre les dix-sept points à la vingt-cinquième minute (44-27). Après un temps mort de mise au point, les filles d’Olivier commencent enfin à jouer. La course poursuite peut démarrer. A la fin du troisième quart, l’ESBVA-LM revient à sept points grâce à de bons enchaînements défenses, jeu rapide (47-40). Les Alsaciennes doutent, mais ne lâchent pas, même quand, par trois fois les nordistes reviennent sur leurs talons (deux puis trois points). Ces dernières manquent un peu de lucidité en attaque et commettent quelques erreurs inhabituelles en défense offrant à leurs adversaires leurs dix derniers points au lancer-francs. Ce sera rédhibitoire. Les villeneuvoises ne passeront jamais devant et repartiront de ce long déplacement bredouille en repensant à une règle d’or des matchs serrés : il faut partir à point !

Les Mulhousiennes méritent leur victoire et l’ESBVA-LM, décevant, rentre dans le rang au classement (5 victoires, 5 défaites).

Marion : 5 pts ; Léa : 6 pts ; Valentine : 6 pts ; Carla (dont c’était le premier match suite à une longue rééducation) : 2 pts ; Sarah : 4 pts ; Alpha : 7 pts ; Fanta : 19 pts ; Sadan : 6 pts ; Haby : 4 pts ; Honorine. (C.R. : O.D.)

⇒ 3 décembre : une « quatrième » facile contre Aubervilliers : 58/25

Pour cette quatrième victoire de rang (sous les yeux du Président de l’ESBVA-LM, Carmelo Scarna), les « Guerrières junior » ont mis l’énergie (faisant une remarquable moisson de rebonds offensifs) et la manière, même si un esprit perfectionniste comme Olivier Dhalluin a pu déplorer quelques moments d’absence. Le ton est donné dès la première attaque avec trois rebonds offensifs consécutifs et même si la réussite n’est pas encore installée, la défense tient. Aux cinq minutes, l’ESBVA-LM mène 8/5 et elle tiendra encore mieux ensuite, aidée par la maladresse des visiteuses, pour atteindre la première pause sur 15/5 avec un joli triple de Sadan. C’est Alpha qui lance les siennes à la reprise, et le score s’envole. On a le temps d’admirer un joli mouvement à trois Hélène-Sadan-Fanta. Honorine se mêle à la fête, et le score grimpe à 27/6 aux cinq minutes. Intervient alors un « moment faible » des villeneuvoises qui encaissent un 0/7, mais tout le monde se remet en place et la mi-temps est atteinte sur un tranquille 31/13.

Quelques maladresses et indécisions rendent le match moins productif au retour des vestiaires. Valentine, Alpha et Fanta permettent néanmoins à leur équipe de gagner – de peu – le quart temps le moins satisfaisant (39/18). Un triple des parisiennes va-t-il les réveiller ? Au contraire : une contre-attaque d’Hélène conclue par Monique, puis deux paniers pleins de décision de Valentine tuent tout espoir et les visiteuses lâchent le match. A l’ESBVA-LM, libéré, tout rentre… sauf une dernière contre-attaque à 1 contre 0 de Léa qui empêche d’atteindre les soixante points.

ESBVA-LM : 58 / Aubervilliers : 25 (15/5 ; 16/8 ; 8/5 ; 19/7). Quatrième victoire d’affilée. Hélène : 4 ; Honorine : 3 ; Lea ; Valentine : 13 ; Monique : 6 ; Alpha : 5 ; Fanta : 10 ; Sadan : 11 ; Aby : 2 ; Nasserine : 4.

⇒ 26 novembre : Victoire précieuse et méritoire à Saint-Amand : 44/51

Troisième victoire d’affilée pour les filles d’Olivier Dhalluin et deuxième contre une équipe Espoir de Centre de Formation, dans un match qui avait bien démarré mais qui ensuite donna lieu à des « creux » et se termina dans une tension perceptible. Après un début timide (6-6), l’ESBVA-LM prend résolument la direction des opérations dans ce derby en imposant sa défense dans un match très crispé grâce à l’activité de Fanta des 2 côtés du terrain. Le ton est donné, la tension est palpable, ce sera une rencontre fermée, intense. Grace à ses rotations, Villeneuve prend un petit avantage à l’issue de la première période (9-12). Le deuxième quart confirmera la tendance. Les défenses ont clairement pris le dessus. Le travail d’Alpha, Sarah et Monique sur les scoreuses adverses porte ses fruits. Les attaques sont toujours en manque de rythme. Mais grâce à quelques éclairs de génie d’Hélène et Sadan, les guerrières juniors rejoignent la mi-temps avec dix points d’avance. (15-25). Au retour des vestiaires, les Amandinoises reviennent avec un surplus d’agressivité et parviennent à imposer leur jeu. Elles se rapprochent à six longueurs. Grace à la défense et quelques belles séquences offensives conclues par Valentine et Monique, l’ESBVA-LM reprend rapidement la direction des opérations et fait fructifier son avance.  A la fin du troisième quart temps, les voyants sont au vert : 26-43. Mais c’était sans compter sur la réaction d’orgueil  des locales qui dos au mur, jettent toutes leurs forces dans la bataille dans ce dernier quart. Une grande vague verte submerge tout et l’écart fond comme neige au soleil suite à une perte totale d’agressivité et à de nombreuses pertes de ballons villeneuvoises que les filles du Hainaut convertissent en autant de contre-attaques. Bilan : à deux minutes de la fin, l’écart n’est plus que de trois points… Heureusement, les villeneuvoises retrouvent un peu de lucidité et resserrent la défense pour sauver l’essentiel dans ce derby : confirmer leurs bonne période actuelle  et se relancer complètement dans le championnat espoirs. 44/51 (9/12 ; 6/13 ; 11/18 ; 18/8). Hélène 6, Léa 4, Valentine 12, Monique 6, Alpha 2, Fanta 8, Sadan 13, Sarah, Haby, Anaïs

⇒ 19 novembre : Un long déplacement pour un grand soulagement en terre angevine : 53/56

Parallèlement au championnat NF2, se déroule un autre championnat réservé aux espoirs des clubs pro. L’enjeu du match pour les jeunes villeneuvoises était limpide : il fallait absolument gagner pour rester en vie dans le championnat Espoirs après les deux premières défaites : la déconvenue à Charleville, puis la prestation inachevée contre Bourges. L’équipe d’Olivier Dhalluin a livré un match intense prenant très souvent les devants (entre 6 et 10 pts) mais sans jamais réussir à « tuer » le match. Les Angevines parviendront à cinq reprises à revenir à hauteur sans jamais toutefois prendre l’avantage bénéficiant bien souvent de sautes de concentration et d’une inconstance au rebond des villeneuvoises. C’est avec beaucoup de cœur et d’envie que ces dernières ont réussi à chaque fois à repartir de l’avant en alliant quelques phases intéressantes en attaque et une défense de fer. Encore devant de sept points à deux minutes de la fin, l’ESBVA-LM voit les locales revenir à nouveau dans la dernière minute suite à quelques ballons mal négociés… Les vingt dernières secondes furent stressantes : 53 à 56 en faveur de Villeneuve, mais le ballon dans les mains d’Angers. La défense et le rebond ont tenu bon … le score n’évoluera plus. Anaïs 10 pts, Hélène 2 pts, Léa 8 pts, Valentine 12 pts, Monique 2 pts, Sarah 3 pts, Alpha 2 pts, Fanta 9 pts, Sadan, Haby 8 pts

⇒ 12 novembre : belle victoire contre le leader Dijon 57/51

Les Guerrières junior sont elles devenues des tombeuses de leader ? Après Trith-Saint-Leger fin octobre, ce sont, ce samedi, les dijonnaises qui se sont inclinées au Palacium au terme d’un match âpre où les visiteuses ont mené près de  30 minutes, les filles d’Olivier Dhalluin s’imposant à l’énergie dans le money time. Si les villeneuvoises ont montré par moment de très belle choses et, sur la fin, une détermination qui leur avait, dans le passé, parfois fait défaut, elles ont aussi montré des moments de relâchement qui attestent qu’elles ont encore une marge de progression. Ce fut particulièrement sensible dans le premier quart temps : après quelques minutes équilibrées, une défense et une présence au rebond insatisfaisantes permettent aux visiteuses de finir devant (13/17). La défense, Sadan en tête, s’améliore à la reprise, puisque Dijon n’inscrit que deux points en cinq minutes. Malheureusement, l’attaque s’avère confuse et l’ESBVA-LM fait à peine mieux (4 points). La situation s’aggrave même suite à une succession de paniers encaissés sur des backdoors répétitifs du côté droit de la défense. A 18/26, Lea (meilleure marqueuse au final) enchaîne un panier + un triple, mais la circulation adverse est plus rapide que nos rotations défensives et l’écart, à la mi-temps, s’est accru (24/31). Mais ce groupe a de la ressource mentale quand leur coach les « secoue ». A la reprise, les villeneuvoises paraissent plus dynamiques. Valentine démarre par un triple, et, en défense, Fanta enchaîne rebonds gagnants et un joli contre. Reste une petite faiblesse ligne de fond, mais, sur deux triples consécutifs de Lea, le score se resserre à 37/39 à deux minutes du terme, pour finir la période sur un 37/41 qui autorise tous les espoirs. Et les espoirs se concrétisent : Haby rentre deux lancers, Valentine égalise et, sur le lancer franc additionnel, fait passer pour la première fois depuis longtemps son équipe devant (42/41) après une minute. Mais des pertes sur des montées de balles désordonnées et des rebonds abandonnés donnent beaucoup de possibilités aux Dijonaises. Un triple avec la planche de Sarah redonne l’avantage à l’ESBVA-LM après quatre minutes (45/43) mais deux mises en échec de la montée de balle (huit secondes, qui auraient pu être évitées avec plus de rigueur collective) conduisent Olivier à un temps mort, qui s’avère productif. Lea, puis Marion avec la planche scorent de loin, donnant deux points d’avance aux nordistes à 34″ de la fin. Les visiteuses multiplient les fautes pour récupérer la balle, mais Sarah et Lea aux lancers francs ne tremblent pas : 57/51 : victoire qui montre un vrai potentiel quand cette équipe croit en elle, montre de la rigueur et se bat. Baskens Marion : 3 pts ; Bardy Anaïs : 4 ; Cissokho Haby : 10 ; Desreumaux Valentine : 13, Duvauchelle Léa : 18 ; Hooft Solène : 3 ; Konte Sadan ; Lemaire Honorine, Nanguy Sarah : 6 ; Sanogo Fanta.

⇒ 5 novembre : défaite sur la fin contre Calais 48/55

Certes, le match aurait pu basculer quand les filles d’Olivier Dhalluin sont revenues à égalité à 48, certes les dernières minutes furent tendues comme le sont toutes les fins de matchs qui se jouent sur les fautes, mais il faut aussi admettre que Calais a fait la course en tête depuis quasiment le début, et que les locales doivent surtout incriminer une certaine inconstance repérable dans les nombreuses maladresses dans le jeu qui ont contrebalancé négativement un certain nombre de jolies choses qu’elles nous ont montrées. Face à une équipe dans laquelle on retrouvait une ancienne du Centre de Formation (Aurélia Moullec), les villeneuvoises sont déjà derrière à la première pause : 13/17. A la reprise, les défenses hautes prennent le pas sur les attaques maladroites des deux côtés. Après 7’30 de jeu, le compteur villeneuvois était toujours à 13, et celui de leurs adversaires ne s’était avancé que de deux points. La fin sera un peu plus productive pour atteindre la mi-temps sur un 19/23 qui, donc, maintenait juste l’écart. l’ESBVA-LM grignote son retard au retour des vestiaires, et, sur une contre-attaque de Monique, revient à égalité à 27, avant de prendre un petit avantage (28/27), mais les pertes de balles, parfois stupides, et les difficultés à être présentes sur les tirs extérieurs des calaisiennes, empêchent les locales de bonifier cette séquence. Malgré un triple de Valentine qui maintient l’égalité à 35, l’ultime pause sera atteinte sur un 37/40. L’écart s’est réduit d’un point, mais la tendance demeure. Héléne, sur contre-attaque, relance son équipe, mais un tir de Fanta « gamelle » sur le cercle. En défense, étourderies et oublis défensifs font fulminer le coach. A 3’35 du terme, sur deux lancers francs réussis de Monique, le score est à 45/47. 46/47 après un lancer de Fanta, laquelle égalisera peu après à 48. Le reste sera affaire de sang froid et de fautes. Calais sera meilleur dans l’exercice. 48/55. Dommage, comme on dit : « Il y avait la place ».

⇒ 29 Octobre : belle victoire contre le leader : Trith-Saint-Leger : 58/54

⇒ 20 octobre : défaite face à Bourges (47/62)

Match en ouverture de la supercoupe d’Europe, s’il vous plait. Le premier quart temps est équilibré 16/16, mais des carences en défense permettent à Bourges d’atteindre la mi-temps avec six points d’avance (24/30). On pense que les villeneuvoises se sont reprise dans le troisième quart gagné 11/10, mais la dernière période est catastrophique (12/22) et les tangos repartent avec la victoire.

⇒ 15 octobre : défaite de justesse dans les Vosges (55/53)

⇒ 8 octobre : importante victoire contre Soisson (56/42)

Après une première rencontre prometteuse, mais frustrante ; une deuxième calamiteuse et très décevante, la troisième s’annonçait périlleuse et déterminante avec la réception de Soissons qui restait sur deux très courtes défaites. Les deux équipes avaient donc le même objectif : remporter enfin un premier succès pour lancer la saison et éviter le doute. Le plan de jeu d’Olivier Dhalluin était d’imposer du rythme grâce à la défense et notamment stopper la n°12 (Cécile Guerier) top scoreuse de leur deux premiers matches (plus de 20 pts de moyenne). Cette mission incomba à Sarah et Monique qui réussirent parfaitement le travail en limitant la joueuse à seulement 3 pts sur la rencontre. Les débats restent équilibrés en début de match (8-8 après 5’), et grâce à une première accélération, l’ESBVA-LM vire en tête à la fin du premier quart (16-12). Le deuxième quart commence par un rapproché des Picardes suite à quelques errances au rebond (18-17 après 15’) mais sur une nouvelle accélération et malgré un passage en défense de zone de Soissons, finalement bien géré après quelques approximations initiales, les locales remportent cette deuxième période 15-9, se donnant +10 pts à la mi-temps. Question : les jeunes villeneuvoises réussiront-elles à gérer cette avance ? Le troisième quart, assez équilibré atteignait cet objectif, et même un peu mieux, puisqu’il se concluait avec… 11 points d’avance (43-32). Sur une montée en pression des visiteuses dans les trois premières minutes du dernier quart temps, l’ESBVA-LM perd sa concentration, son collectif et son repli défensif… Soissons en profite et se rapproche dangereusement : 43-38 à la 33ème !! Heureusement après un temps mort salvateur (et deux échecs aux lancer-francs de Soissons…), les joueuses d’Olivier Dhalluin réussissent à se remobiliser pour reprendre leur marche en avant et étouffer définitivement les adversaires. Score final : 56-42. Félicitations aux joueuses qui ont su mettre l’enthousiasme nécessaire pour cette première victoire. Hélène 11 pts, 6 passes décisives , Marion 2 pts, Anaïs 3 pts, Monique 6 pts, Sarah 4 pts, Alpha 2 pts, 5 interceptions, Fanta 17 pts, 10 rebonds., Sadan 5 pts, 6 interceptions, Haby 4 pts, Coumba 2 pts.                         (O.D.)

⇒ 1er Octobre : défaite de justesse à Charleville-Mezieres 45/41

⇒ 24 Septembre au Palacium : défaite un peu rageante contre Wasquehal.

SAMSUNG CSC

C’est, pendant une bonne partie du match, une prestation intéressante qu’ont livré les U20 d’Olivier Dhalluin contre des Wasquehaliennes bien plus expérimentées. Côté villeneuvois, en effet, suite à plusieurs petits bobos, c’est une équipe exclusivement composées de moins de 18 ans qui était alignée. Les visiteuses prenaient un court avantage (14/18 à la première pause), mais les « mini guerrières » revenaient à hauteur pour faire la course en tête (33/27 à la mi-temps). Après la reprise, l’avance des locales montait même à 10 points (39/29 après cinq minutes), mais, au buzzer du troisième quart temps, un « triple » d’une des nombreuses ex-villeneuvoises, Maïwen Catrix, réduisait l’écart à 49/43.

Crédit Frédéric Caupain

Le dernier quart temps arracha, à la fin du match à Olivier Dhalluin ce commentaire lucide « Au quatrième quart, on leur a donné le match« . Pertes impressionnantes de rebonds, échecs à répétition aux lancers francs, et surtout on voyait de jeunes villeneuvoises, soudain paralysées, jouer à l’envers. Il n’en fallait pas plus pour que les visiteuses reviennent à égalité à 1’20 de la fin, Victoria Ricart, autre ex-villeneuvoise, montrait, elle, une habileté sans faille aux lancers, et le match échappait définitivement à un ESBVA-LM qui n’avait marqué que… 4 points sur la période. 53/56 au final. De quoi être déçu, agacé même, mais pas de quoi oublier qu’il y eut aussi de belles périodes.

 

 

 

*****

NB : les données concernant 2015/2016 peuvent être retrouvées sous l’onglet « ESBVA-LM » → « Présentation et Historique » → « 2015/2016 ».

Centre de Formation : équipe U20 was last modified: mars 20th, 2017 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »