La marche turque

Pour la quatrième année consécutive, l’ESBVA-LM va disputer un quart de finale d’Eurocup. Pour l’anecdote, on se souviendra que la première fois, ce fut en 2014 (contre nos amies de Basket-Landes) et les Guerrières étaient alors menées par la sympathique et talentueuse Elin Eldebrink. Notre Suédoise préférée revient sous le maillot de l’équipe turque de Yakin Dogu Üniversitesi, on aura grand plaisir à la saluer, mais ne cachons pas qu’on espère bien, en toute amitié, la voir repartir avec une défaite.

Quanitra Hollingworth (crédit F.Özgüler)

Mais ça ne sera pas simple, car cette année apparaît particulière. Le site FIBA.com titre : « La meilleure ligne de quart-de-finale de l’Histoire de l’Eurocup ? » Probablement oui. Aucun de ces quarts, qui voit quatre équipes turques affronter deux Françaises une Polonaise et une Slovaque (voir plus bas), ne sera facile et, pour l’ESBVA-LM aussi, cette marche turque sera bien haute car, au delà d’Elin, le club d’Istambul, actuellement premier ex-aequo (avec Fenerbahçe) de son championnat , semble bien avoir été bâti pour gagner cette compétition. Pas moins de cinq américaines (dont trois binationales, une spécialité locale), et pas des moindres. On retiendra notamment la meneuse Courtney Vandersloot, qui évolue, depuis six ans en WNBA aux Chicago Sky (élue dans le second meilleur cinq de la WNBA en 2015), particulièrement redoutable à trois points ; l’impressionnante intérieure Quanitra Hollingworth (1.96 – 91 kilos) aussi précoce sur les parquets (plus jeune joueuse dans le championnat pro américain en 2009) que dans ses études (sortie du lycée avec deux ans d’avance, diplômée en informatique), vainqueure de l’Euroleague 2013 avec Ekaterinburg avant de rejoindre Fenerbahçe ; Angelica Robinson (1.97), passée à Tarbes en 2013 ; sans oublier la grande (1.88) ailière internationale turque Bahar Cagla, vainqueure de l’Euroligue 2014 avec Galatasaray.

Courtney Vandersloot (crédit F.Özgüler)

C’est donc un gros défi qui attend les Guerrières mardi soir à 20h au Palacium, où il s’agira, non seulement de gagner mais de creuser un écart avant le match retour trois jours après (vendredi) à Istambul. La marche est haute, mais les Guerrières en ont grimpé d’autres. Si les blessées peuvent revenir et si le groupe met autant d’énergie et de solidarité qu’à Bourges ou à Basket-Landes, tout est possible.

Et puis, dans la première partie de l’ascension, il y aura, pour pousser énergiquement, le Palacium, il y aura les z’hurlants, il y aura le public.

Autres quarts de finale : Galatasaray/Kosice (le vainqueur de ce match sera – espérons-le – l’adversaire de l‘ESBVA-LM en demi finale) ; Kaysery/Montpellier ; Hatay/Krakowie.

La marche turque was last modified: mars 6th, 2017 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »