Une sixième victoire maîtrisée pour un quatrième quart mérité.

le quatre quarts de Fred

Devant les partenaires, à l’issue du match, Fred, après avoir félicité ses filles, ne cachait pas sa satisfaction de noter que lESBVA-LM « se qualifie pour la quatrième année d’affilée pour un quart de finale d’Eurocup et ainsi, se trouve pérennisé dans le haut niveau européen« .  On peut, au rang des satisfactions, y ajouter la manière, car cette qualification aurait pu résulter petitement d’une défaite de moins de dix points. Mais les Guerrières ne voulaient pas de ça. Elles voulaient finir leur campagne d’Euroligue au Palacium sur une sixième victoire (performance jamais atteinte dans l’histoire du club), elles voulaient se qualifier en finissant nettement devant au classement, et pas au point average ou suite à un résultat sur un autre terrain.

Elles voulaient gagner malgré la cascade de pépins qui aurait accablé une équipe et un staff qui n’auraient pas la trempe de Fred, de Ljuba et de ces filles, y compris Jo qui, du banc, dépensa toute l’énergie dont elle est capable pour encourager et aider ses partenaires.

Après un sympathique happy birthday sonore pour Yoann, notre speaker, elles s’imposèrent dès le début en patronnes du Palacium : en ne permettant jamais à Sopron (que l’ESBVA-LM aura ainsi battu quatre fois en quatre matchs sur ces deux dernières saisons) d’être devant. Grace à quelques maladresses des deux côtés, il y eut 58 secondes d’égalité initiale avant que Virginie ne distille deux passes successives sur une Kamila pleine d’assurance pour faire décoller le score. 4/0, puis 4/2 sur un drive de Shenise Johnson (seule visiteuse à vraiment surnager avec 21 points au final), avant l’avalanche (15/0) signée de … presque tout le monde. Après 3’13, le coach hongrois prend un premier temps mort… inefficace. Il devra griller son deuxième après six minutes. Le score est alors de 19/2. Les débats commencent quand même à s’équilibrer. On se réjouit de voir entrer une Mame-Marie totalement remise de son choc de samedi. Si les villeneuvoises commettent quelques maladresses, elles se battent toujours, témoin cette longue bataille qui se transforme en mêlée au sol pour une balle gagnée au final. Le score passera par les vingt points d’écart, mais Sopron termine un peu mieux et, avec un ultime drive, atteint, sur le fil, les dix points (24/10).

Sopron chercha toute la soirée comment résister au jeu villeneuvois.

A la reprise, Liudmyla fait admirer un beau contre et Aby enfile trois paniers sur services de Mame-Marie puis de Kamila. L’écart repart à 30/12, moment que choisit Johnson pour un mini-rush (un triple suivi d’une interception). Pas de quoi paniquer, mais Fred prend quand même un temps mort pour couper tout relâchement. On sent que le temps de la promenade de santé est terminé, mais les Guerrières savent gérer ça aussi. Une interception d’Alina, un drive spectaculaire de Virgnie, et les cinq minutes sont atteintes à 36/21. S’en suivront quand même deux minutes d’approximations et d’énervement des villeneuvoises : les passes intérieures n’arrivent plus et Valériane récolte une anti-sportive qui coûtera 4 points. Mais, globalement, la défense tient et Valériane se rachète d’un rebond offensif victorieux suivi, dans la continuité, d’un défensif autoritaire. Un triple de Virginie puis un panier à la « bagarre dessous » d’Aby renvoient tout le monde au vestiaire sur un écart identique à la première pause : 45/31

Il fallait s’attendre à ce que les joueuses de Laszlo Sterbenz jouent le tout pour le tout et montent leur défense. Elles essayèrent, bien aidé par des villeneuvoises qui s’illustrent, en une minute par deux passes dans le décor et trois fautes, ce qui provoque un immédiat temps mort de Fred. La mécanique repart, même si deux shoots des nordistes gamellent. Mais Virginie veille et, si, de loin ça ne rentre pas, eh bien, elle pénètre. Après un peu plus de cinq minutes, l’écart est toujours de 14 points et semble vouloir rester stable. Mame-Marie rentre ses lancers, nous gratifie d’une jolie claquette sur un drive de Valériane, et arrache un rebond pour offrir un triple à Alina. Les débats, s’ils restent corrects, sont accrochés. Un panier à l’ultime seconde permet aux hongroises de remporter leur unique période. 60/49

Première sur les parquets d’Euroligue pour la cadette Hélène Jakovljevic

Compte tenu des dix points d’avance à l’aller, la qualification ne fait plus de doute, mais l’ESBVA-LM, malgré la fatigue et toujours porté par des z’hurlants et une salle des grands soirs, veut plus. Appuyé sur une défense toujours aussi intense, Alina en 2+1, Virginie, à trois points sur rebond gagné, Kamila, toujours aussi efficace à l’intérieur rassurent tout le Palacium sur leur volonté de bien finir. Aby, sur passe de Virginie amène à nouveau le score aux vingts points d’écart (74/54). A l’issue d’un 0/7 impulsé par Johnson, Fred calme tout le monde. A 1 minutes 19 de la fin, il fait entrer la cadette Hélène Jacovljevic pour ses premiers pas (acclamés) en Euroligue. Le temps d’une défense appliquée, d’une longue attaque placée qui finit sur Liudmyla… et même d’une contre-attaque imparable… hélas coupée par le buzzer final. Dommage, mais ce n’est sans doute que partie remise. 78/63. C’est, au score, plus qu’il n’en fallait, mais c’est, dans le « contenu », comme on dit, juste ce qu’il fallait pour que les z’hurlants appellent les Guerrières à les rejoindre en tribune pour un de ces longs moments de bonheur (musical) partagé dont le Palacium a le secret.

ESBVA-LM : 78 / Uniqa Sopron : 63 (24/10 ; 21/21 ; 15/18 ; 18/14). : 46.5% de réussite. 46 rebonds à 34, 52 points intérieurs contre 28. Alina Iagupova : 16 pts ; Kamila Stepanova : 16 pts ; Virginie Bremont : 14 pts, 8 passes décisives, 5 interceptions ; Aby Gaye : 11 pts ; Valériane Ayayi : 9 pts, 10 rebonds ; Mame-Marie Sy Diop : 6 pts ; Marielle Amant : 4 pts ; Liudmyla Naumenko : 2 pts ; Hélène Jakovljevic ; Olivia Epoupa.

Autres résultats de cette dernière journée : Hatay 69/Bourges 51 ; Ekaterinenburg 94/Polkowice 57 et Orenburg 65/Salamanque 62. La combinaison de la victoire d’Hatay et de la défaite de Salamanque a donné une égalité à trois qui qualifie, à la division, Bourges comme quatrième équipe en Euroligue et reverse Hatay en Eurocup. Voir le classement définitif de cette poule B (et de la poule A) en suivant le lien Coupe d’Europe.

Une bonne chose de faite, dans des conditions bien difficiles et Fred ne manquera pas, à la fin, de remercier les cadets garçons de l’ESBVA qui ont accepté de servir de sparing partner en début de semaine aux quelques Guerrières valides.

On sait depuis ce jeudi matin que le quart de finale opposera l’ESBVA-LM aux turques de Yakin Dugu Universitesi, actuel leader du championnat turc (devant Fernerbahce) et considéré par beaucoup comme le grand favori de l’Eurocup. Match aller le mardi 7 mars au Palacium, retour le vendredi 10 à Istanbul. Reste avant cela à enchaîner une séquence qui effraierait tout le monde (Bourges à Bourges dimanche ; Bourges au Palacium mercredi en coupe de France, puis Basket-Landes à Basket-Landes).

Effraierait tout le monde, sauf… ?

Tous crédits photos Emmanuel Roussel.

Une sixième victoire maîtrisée pour un quatrième quart mérité. was last modified: février 23rd, 2017 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »