Une déception, un espoir, une inquiétude

Toute défaite est d’abord une déception. Déception aussi, on y reviendra, le contenu d’un match dans lequel on n’a pas senti le souffle des exploits européens. Sans en faire une consolation, on peut, en revanche, relativiser la déception de l’élimination des quarts de finale d’Euroligue, puisque, au Prado, la victoire de Bourges face à Salamanque avait pour conséquence que s’imposer en Pologne n’eût, de ce point de vue, rien changé.

L’espoir, c’est l’Eurocup. L’ESBVA-LM est toujours en course. Il suffit pour cela, mercredi prochain, de vaincre Sopron pour récolter la cinquième ou la sixième place (en fonction du résultat d’Hatay/Bourges). On peut même dire qu’une courte défaite suffirait, mais ce n’est évidemment pas le scénario qu’on a envie de voir pour ce dernier match d’Euroligue 2016/2017 au Palacium qui doit être une belle fête.

Valériane revient à son meilleur niveau… mais ça n’a pas suffi.

Mais la plus grosse inquiétude de la soirée est peut-être ailleurs : à trois minutes de la fin, Jo retombe mal sur sa cheville et reste au sol. Elle doit être portée sur le banc. Il faut attendre des examens complémentaires, mais on n’est pas rassuré pour pour la capitaine des Guerrières.

Et cet incident a le visage des mauvaises soirées. Dans le gymnase de Polkowice et ses 500 spectateurs, tout semblait plutôt bien partir. Jo, Virginie et Marielle en attaque, Mame-Marie au contre, permettent aux Guerrières de prendre le meilleur départ (2/6). Et puis la panne. En attaque avec des tirs parfois un peu précipités et des ballons intérieurs qui n’arrivent pas, et surtout une incapacité à enrayer le jeu des locales et ces circulations de balles qui finissent à l’opposé pour des triples trop ouverts. Les villeneuvoises encaissent un 13/0 et, à partir de ce 6/15, chaque score de fin de quart temps oscillera désespérément dans cette fourchette de 8 à 10 points.

Pourtant les filles de Fred mettront parfois un peu de révolte, mais dans un effort qu’elles n’arriveront jamais à tenir dans la durée. Grace à Alina, Mame-Marie et Virginie, le score se resserre (18/14 puis 20/16), mais, sous l’impulsion de la meneuse américaine Jamieria Faulkner (15 points au final), la première pause est atteinte sur un 24/16 qui est moins rédhibitoire en soi que l’impression d’un manque de densité, notamment défensive, des nordistes.

A la reprise, Alina se crée tout seul son triple, Valériane montre son retour en forme sur un drive solitaire également. Alina, sur une interception ramène le score à 26/23, mais un nouveau retard sur une shooteuse extérieure permet aux locales de se redonner de l’air. Mame-Marie se démène, intercepte, prend des rebonds en attaque et en défense. Virginie, à trois points, répond à Mariona Ortiz et l’écart revient à -4… jusqu’à un nouveau triple des polonaises en jeu à l’opposé. Fred prend un temps mort qu’on pense salutaire à voir ce joli pick de Marielle qui permet à Virginie de lui ressortir un ballon pour son premier trois points. Mais, si Jo et ses camarades se démènent dans le jeu, les maladresses et pertes de balles parfois stupides donnent des contre-attaques aux locales, et tout le monde repart au vestiaire sur un écart inchangé : 43/35. Valeriya Musina pointe déjà à 14 points (elle finira à 18) dont 4/4 à trois points et l’ESBVA-LM est dominé au rebond (21/15).

Une nouvelle fois, on peut croire que Villeneuve repart du bon pieds. Aby, puis Virginie, puis Mame-Marie à trois points ramènent leur équipe à 45/42, aidées par une défense plus présente (deux points pour Polkowice en trois minutes). Les polonaises ressortent un triple, mais l’ESBVA-LM continue à se battre à l’image de ce ballon volé par Jo à 4’50 du terme de la période, l’écart est revenu à -1 (48/47). C’est à ce moment, où le bras de fer peut changer de côté, que les villeneuvoises semblent montrer moins d’envie que leurs adversaires. Pendant une minute, les Guerrières auront plusieurs ballons pour passer devant, mais sans succès, et ce sont finalement les locales qui repartent, toujours avec les mêmes circulations et la même réussite à trois points. Alina ramènera encore le score à -4, mais de nouveaux ratés amènent à un désespérant 63/53 à l’ultime pause.

Jo et Faulkner se répondent à la reprise. Valériane, Mame-Marie et Marielle semblent vouloir forcer le destin (68/64), mais une interception puis un panier au buzzer des locales précédent ce qu’on espère ne pas être l’événement le plus important du match, la blessure de Jo. Fred rassemble ses troupes pour ne pas laisser gamberger, mais à voir les regards des joueuses, on doute que la mécanique reparte. Quelques tirs un peu désespérés. 77/68 au final, et l’impression que, même si cette équipe de Polkowice, dans sa configuration actuelle, vaut beaucoup mieux que son classement, l’ESBVA-LM a globalement raté son rendez-vous.

On croise les doigts pour Jo…

CCC Polkowice : 77 / ESBVA-LM : 68 (24/16 ; 19/19 ; 20/18 ; 14/15). Valériane Ayayi : 17 pts ; Virginie Bremont : 13 pts, 8 assists ; Alina Iagupova : 13 pts ; Mame-Marie Sy Diop : 10 pts ; Marielle Amant : 9 pts, 6 rebonds ; Jo Gomis : 4 pts ; Aby Gaye : 2 pts ;    Kamila Stepanova ; Liudmyla Naumenko ; Hélène Jakovljevic.

Autres résultats de cette avant dernière journée : Sopron 95/Hatay 98 (après 2 prolongations) ; Bourges 69/Salamanque 63 ; Ekaterinburg 88/Orenburg 81. Voir classement.

Rien n’est perdu donc, et tout se jouera mercredi prochain au Palacium. Mais la meilleure façon de préparer ce rendez-vous décisif serait de retrouver l’enthousiasme de la victoire samedi soir à l’occasion de la réception de Nice. Nous y reviendrons.

Une déception, un espoir, une inquiétude was last modified: février 16th, 2017 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »