Very Nice !

Tout comme à Angers, Fred et son groupe n’avaient qu’une mission face à Nice ce soir : prendre les deux points de la victoire. Ce qui était plus facile : le fait de jouer à domicile, devant son public, toujours aussi nombreux à remplir les tribunes dites « populaires » et, sous l’impulsion jamais faiblissante des z’hurlants, toujours aussi dynamique. Ce qui compliquait le tableau : une infirmerie qui devient préoccupante avec une Jo peut-être moins gravement atteinte qu’on ne pouvait le craindre, mais, évidemment hors d’état de jouer (moment sympathique quand Laeti et Camille (entrée symboliquement en tête sur le terrain avec Melissa qui retrouvait à la fois le Palacium et les parquets de Lfb) n’oublièrent pas d’aller l’embrasser sur le banc à la présentation des équipes), et une Olivia dont on comprit, dès l’échauffement qu’elle passa sur le banc, qu’il faudrait encore attendre un peu son retour sur le terrain. S’y ajoutera ce soir Mame-Marie, qui ne joua que 7’18 avant de sortir en boitant. Ses propos d’après match semblaient rassurants. A suivre.

Et puisqu’on est dans les propos d’après match, on ne peut donc que souscrire à ceux de Fred : « Je ne peux en vouloir aux filles d’avoir un peu baissé de pieds au cours de la rencontre. Ce ne sont pas des robots : en deux semaines, elles ont joué cinq matchs (dont trois déplacements lointains) là où Nice en a joué deux. »

Avant le match, instruit par la défaite de Polkowice et la conviction que son groupe ne pourrait faire face à la débauche d’énergie qu’implique le fait de courir après le score, il avait demandé à ses joueuses de commencer le pied au plancher. Il fut entendu. même s’il dut prendre un temps mort après trois minutes pour ajuster un jeu qui manquait d’agressivité offensive en se reposant trop sur des shoots de loin. En manque de joueuses extérieures, Fred inaugure, aux cinq minutes, une formule avec trois intérieures, Mame-Marie étant décalée sur le poste 3. C’est Valériane qui égalisera, au buzzer et sous l’anneau, avant, sur un triple, de faire passer (définitivement…) les siennes devant : 7/4. Kamila, sur un 2+1 complète ce rush des Guerrières (10/0), et c’est, en face, Laetitia qui y mettra fin sur un joli step back, suivie par Camille sur contre-attaque. Alina relance les siennes d’un triple et deux interceptions victorieuses, Mame-Marie concluant la période d’une claquette. 19/10. Débuts réussis.

Fred et Ljuba ont su trouver les solutions, mais aimeraient bien ne plus devoir « bricoler » au fil des bléssées

Ce n’était donc qu’un début et le combat continue : Kamila à l’extérieur et Aby à l’intérieur gonflent le score en une minute. Virginie en drive et Alina à l’extérieur ponctuent le deuxième rush des Guerrières à 10/0, bien aidé par une inhabituelle maladresse au shoot des visiteuses. C’est en effet après un nouveau triple acrobatique au buzzer d’Alina et un panier d’Aby sur passe de Virginie que Mamignan Touré rentre le premier triple des visiteuses. Rachid Meziane met sur le terrain ses deux meneuses, mais à 34/17, rien ne semble y faire et, après Mame-Marie et Kamila sur un beau mouvement, c’est Valériane d’un triple qui donne au score ce qui sera son plus gros écart du match : 41/17… Mais à ce moment on a plus la tête tournée vers Mame-Marie qui, suite à un choc (involontaire) est sortie en boitant bas. L’incident a-t-il marqué les joueuses ? En tous cas, la défense devient moins présente, notamment sur Ambrosia Anderson (32 points au final mais seulement 6 jusque là) qui enchaîne sept points dont un agaçant car évitable triple au buzzer. 43/24 à la mi-temps. Pas mal, mais….

Mais on est, à la buvette devant son soda, moins rassuré que ce que le score indique. On sait le manque de rotation, et on sait aussi que l’ESBVA-LM a eu une bonne réussite (49%) et Nice beaucoup moins (28%) et que ça ne peut pas durer comme ça…

Et ça se confirme, et la révolte des azuréennes viendra de leur capitaine Romy Bar (muette jusque là, 14 points en seconde mi-temps) qui enchaîne un panier puis un triple. A 46/31 après 1’30, Fred sent que ses filles ne sont pas bien rentrées dans la rencontre et prend un temps mort. Mais les tirs de loin des niçoises trouvent la cible : Deux fois Camille puis deux fois Anderson, font douze points qui ramènent le score à… 58/43 au terme donc d’une séquence à 5/19 ponctuée d’un 0/9. Mais ces Guerrières ont aussi de la maturité. Elles ne craquent pas et c’est, comme souvent Virginie qui relance les siennes en drive puis en contre attaque. Aux nouveaux triples de Bar et Anderson répliquent Marielle, Alina et Valériane. 60/49 à l’ultime pause. Il y aura match jusqu’au bout.

Et les Guerrières l’ont senti et elles se battent. Alina sort un contre d’on ne sait où et Marielle réplique, sur longue passe de contre attaque, à Bar qui, avec sa coéquipière Anderson (qui score à 8 mètres), continue à empiler les paniers. A 62/58 on s’inquiète, mais pas Alina qui aime ces moments et qui inscrira neuf points dans ce dernier quart dont un panier à près de 9 mètres… à peine plus loin que celui de Valériane quelques instants après. On sent que c’est plutôt Nice qui, petit à petit, plie. 74/63 à 2’47. La roubaisienne Isabelle Strunc réussit un triple sur un ballon ressorti au terme d’un cafouillage bête, mais la défense tient bon et Virginie, sur un ultime triple, conclut. 78/70. Very Nice résultat, et même spectacle.

C’est donc, ce soir, la fin d’une « malédiction niçoise » comme diraient les superstitieux. Les grincheux, eux, diraient inutile victoire  puisque, les six équipes de tête ayant gagné contre les six autres, le classement est strictement inchangé, hormis un creusement du fossé sixième/septième place. Sauf que si on avait perdu… Il aurait changé.

Fred tiendra à donner un coup de chapeau à ses filles qui, proches de l’épuisement, n’ont pas mentalement craqué. Il allégera d’ailleurs l’entrainement de début de semaine pour aider à une nécessaire récupération… en espérant aussi une récupération d’un maximum de blessées. pour un match capital, mercredi soir au Palacium contre Sopron… où, plus que jamais, on attend le public…

ESBVA-LM : 78 / Nice : 70 (19/10 ; 24/14 ; 17/25 ; 18/21). : 51% de réussite au total. 49 rebonds à 28, 38 points intérieur à 22, 15 points du banc contre 9. Alina Iagupova : 27 pts, 4 interceptions ; Valériane Ayayi : 20 pts, 8 rebonds ; Kamila Stepanova : 11 pts ; Virginie Bremont : 8 pts, 10 rebonds, 4 assists ;  Marielle Amant : 6 pts ; Aby Gaye : 4 pts ; Mame-Marie Sy Diop : 2 pts ; Liudmyla Naumenko ; Hélène Jakovljevic ; Olivia Epoupa.

Autres résultats de cette dix-huitième journée : Tarbes 50/Montpellier 54 ; Hainaut 75/Charleville-Mezières 81 ; Mondeville 78/Angers 74 ; Lyon 63/Bourges 80 ; Basket-Landes 87/Nantes 73. Voir classement.

Very Nice ! was last modified: février 19th, 2017 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »