Dix minutes en mode « Guerrières » auront suffi

A voir les seules stats (+14 en étant passé par +28, 37’23 en tête au score, 110 à 77 en éval), on pourrait croire que les Guerrières furent, sur  le terrain de Saint-Amand, en mode rouleau compresseur et que les 106 (chiffre des organisateurs, la police n’a pas communiqué les siens) Z’hurlants, qui avaient effectué le déplacement et qui ont dominé les tribunes, ont passé une soirée tranquille. La preuve une fois de plus que les stats ne décrivent pas forcément la réalité de tout un match.

Il a fallu se battre…

Est-ce le poids du titre de Championnes en titre qui s’est avéré lourd à porter pour ce premier match officiel ? Sont-ce les doutes issus d’une préparation qui en a généré, notamment depuis une défaite contre ces mêmes amandinoises qui effectuent, par ailleurs, un bon début de championnat ? Toujours est-il qu’on vit pendant les deux premiers quart-temps (gagnés tous deux par les villeneuvoises d’un petit point), une ESBVA-LM crispée et manquant, non pas de basket mais de sérénité. En face, les locales jouaient libérées. Et, disons-le, s’il fallait retenir un mot des sentiments de supporters villeneuvois à la mi-temps, ce serait « inquiétude ».

Pourtant, Jo et ses partenaires (Fred avait choisi de faire rentrer les quatre « championnes de France » + Joey Leedham) avaient plutôt réussi leur entame : Mame-Marie, puis une défense gagnée aux 24 secondes, puis Virginie puis Marielle par deux fois portent le score à 0/8, avant que Katarina Tetemondova ne débloque le compteur des locales. Celles-ci restent sereines et grignotent petit à petit leur retard : 18/19 à la première pause.

Et puis Pauline Akonga, un peu chez elle dans la salle Hugot, commence son festival par un 2+1. Mais Maybe Mbuyamba, ancienne villeneuvoise quant à elle, réplique et, après 2’30, Ashley Bruner (qui finira meilleure marqueuse de son équipe) réalise la première égalisation à 22. Mame-Marie, Jo et Virginie ne permettront pas aux amandinoises de passer devant et, au contraire, redonnent sept points d’avance aux Guerrières. Mais en face, il y a une autre Guerrera : Laura Garcia, et puis une autre ancienne villeneuvoise : Bintou Dieme et c’est à elle que revient l’honneur de faire passer, à 2’39 du repos, les locales devant (35/34). Les secondes suivantes sont celles des capitaines, avec un triple de Jo puis un joli numéro de Garcia qui enchaîne contre et coast to coast pour servir un caviar à Bruner. L’ESBVA-LM gagne à nouveau une défense aux 24 secondes et atteint la pause avec un avantage a peine moins minuscule : 38/40.

Et l’entame du troisième quart ne rassure pas, puisque, après 1’15, les filles de Fabrice Fernandes atteignaient, avec +3, ce qui sera, mais on ne le sait pas alors, leur plus gros avantage. On ne le savait pas, mais on percevait déjà une énergie nouvelle des Guerrières en défense, et, pendant que Mame-Marie, Marielle et Pauline faisaient grimper le score villeneuvois, les locales ne trouvaient plus de positions confortables de tir et vendangeaient toutes leurs occasions. Et puis, alors de Fernandes tente des changements de défense, se produit un déclic attendu. Joey, un peu en manque de confiance en début de rencontre, rentre son premier triple. Elle en inscrira trois dans cette séquence, toujours – ça semble être une spécialité – au moment où ça fait le plus mal. Sur un dernier alley-oop de Pauline, la troisième pause est atteinte sur le score de 50/73 qui signifie clairement que le match a été plié en huit minutes.

Les plis serout repassés en début de dernière période par Laeti et Virginie pour atteindre le sommet de 50/78,  et puis – ça devait bien finir par arriver – Laura Garcia mit fin à cette effrayante séquence (0/19). Il restait huit minutes, et, comme si la fin de cette série sonnait le début d’une forme de récréation pour elles, les visiteuses se mirent soudain en mode « fin d’entrainement ». Ce fut le temps des cadeaux qui, entre ratés et ballons donnés à l’adversaire ne mérite pas vraiment d’être raconté. Fred eut beau prendre deux temps mort coup sur coup, la certitude de la victoire, après un si long doute ne permettait pas vraiment la remobilisation. Seul un ballon volé, comme elle seule sait si bien le faire, par Jo et les rentrées rafraîchissantes d’Aminata et Rejane, le tout combiné avec la combativité des filles de Saint-Amand, gardèrent un peu d’intérêt au spectacle. Clap de fin à 75/89 et  claping joyeux sous la houlette de Pauline, mvp du match sur un parquet qu’elle connait si bien.

UHB :  75 – ESBVA-LM : 89 (18/19 ; 21/21 ; 12/33 ; 25/16). 8/19 à 3 pts, 33 points du banc (contre 24), 37 rebonds à 28. Pauline Akonga : 20 pts, 22 d’éval (7/7 aux lancers francs…) ; Mame-Marie Sy-Diop : 13 pts, 7 rebonds, 20 d’éval ; Jo Gomis : 13 pts (3×3 pts) ; Marielle Amant : 11 pts ; Virginie Brémont : 10 pts, 8 passes décisives ;    Joey Leedham : 9 (3×3 pts) ; Laetitia Kamba : 4 ; Rejane Verin : 4 ; Aminata Konate : 3 ;  Nevena Jovanovic : 2.

Autres résultats de la soirée : Nice : 45/Charleville-Mézières : 85 (!); Bourges 84 /Mondeville 56 ; Roche-Vendée 59 /Basket-Landes 76 ; Lyon : 68 /Nantes : 75 (!) ; Montpellier 84 /Tarbes 72.

Au classement, bien entendu l’ESBVA-LM, avec ses deux matchs de retard, pointe à la dernière place avec 2 points, mais l’originalité, après trois journées, c’est que plus aucune des équipes ayant disputé leurs trois rencontres n’est invaincue. La tête revient à Charleville-Mézières, Basket-Landes, Nantes et Mondeville (5 pts) devant, avec 4 pts : Montpellier (pour deux matchs joués), Hainaut, Nice, Lyon et Tarbes. Bourges (avec, aussi, un match en moins) et Roche-Vendée suivent à 3 pts.

Les U20 du Centre de Formation se sont inclinées à Furdenheim : 77/62 après un bon match. Les U18 se sont imposées à Marne la Vallée 53/76.

Et maintenant : tout le monde dans les starting blocks car, mercredi, la saison commence au Palacium avec, en guise de premier match, rien moins que l’Euroligue et la réception des polonaises du CCC Polkowice. Il est encore temps de vous abonner (suivre le lien), pour le championnat (prochain match ce samedi contre Nice au Palacium), pour l’Euroligue ou pour les deux.

Toutes photos : Emmanuel Roussel.

Dix minutes en mode « Guerrières » auront suffi was last modified: octobre 8th, 2017 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »