Troisième louche de perf dans les Balkans ?

Où s’arrêteront ces Guerrières 2017/2018 ? Après les perfs de mercredi contre Bourges et de samedi à Charleville, il est permis de se demander si elles ne sont pas capables de réaliser la passe de trois dans les Balkans où elles vont, mercredi (attention : 16h heure française !), défier le redoutable Galatasaray d’Istambul, qui a remporté la compétition en 2014. Cette troisième marche sera, sur le papier, la plus haute, la plus dure de cette fin d’automne dantesque.

Cette septième journée de la poule A de l’Euroleague est aussi la dernière des matchs aller et la formation turque est, avant la rencontre, quatrième de la poule d’Euroleague à égalité avec… l’ESBVA-LM. C’est dire l’intérêt pour chacune des deux équipes de prendre les deux point. La formation dirigée par notre vieille connaissance Marina Maljkovic a battu Prague et est allé s’imposer à Bourges et à Braine. Ce n’est pas rien ! Elle vient de subir une raclée à Koursk (102/45), mais ce résultat est un parfait trompe l’œil. Les Stambouliotes s’étaient rendues en Russie avec quelque chose qui ressemblait plutôt à une équipe B. Avaient, notamment, été laissées à la maison Alexandra Quigley (actuellement la meilleure moyenne de points de toutes les équipes d’Euroleague devant Zahui et Griner, avec près de 21 par match), la redoutable meneuse Isil Alben, qui nous avait fait tant de soucis il y a deux ans, ou la néerlandaise, vue sous les couleurs de Bourges ou d’Arras, Chatilla Van Grinsven.

Laeti retrouvera notamment Isil Arben (10)

Face à Alben, mais aussi à l’ex-Guerrière Olivia Epoupa, le secteur de la mène sera sérieusement mis à contribution, et l’ESBVA-LM aura bien besoin, à côté d’Aminata, qui confirme, d’une Joyce qui a montré, à Charleville, son aptitude à faire vivre la balle. Il ne sera pas superflu, en effet, de pouvoir disposer un peu plus de Jo sur son aile dans un match où la question de l’adresse extérieure risque d’être décisive. Nos intérieures, en effet, seront, comme souvent, confrontées à « plus grandes » comme la Lituanienne Gintare Petronyte (1.95), Gizen Basaran (1.93) ou la Monténégrine Jelena Dubljevic (1.91). Bref, dans chaque mètre carré du terrain, la bataille sera rude.

Mais plus personne n’ose le moindre pronostic avec ces joueuses là, et surtout avec ce collectif là. Alors, pourquoi ne pas y croire ?

Autres rencontres de cette dernière journée aller : Prague/Braine ; Pollkowice/Koursk ; Bourges/Sopron

Troisième louche de perf dans les Balkans ? was last modified: décembre 5th, 2017 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »