Laborieuses, puis accrocheuses, les Guerrières arrachent le premier point

Le carillon de la jolie place Ducale, à Charleville, joue, chaque demi heure, quelques notes de « La victoire en chantant ». Ce soir, ce sont finalement les supporters de l’ESBVA-LM, les 74 z’hurlants, les 35 partenaires (plus ceux qui sont venus individuellement) qui ont pu chanter, jusqu’à longtemps après la fin du match (sportivement plusieurs supporters des FCB les ont rejoint), mais il y avait beaucoup de soulagement dans cette célébration car, durant la majeure partie du temps, les Guerrières ne furent clairement pas à la fête. Si les chiffres parlent, ils nous disent qu’elles furent menées plus de trente-huit minutes par une équipe ardennaise pratiquant un très beau basket collectif et n’eurent l’avantage qu’une minute quarante-quatre… Celles où pèse la fatigue, celles qui comptent en donnant dans la superbe Arena de Mézières où aucune équipe Française n’avait gagné cette saison, une première manche si importante.

Tout le monde a déserté l’Arena, et les z’hurlants chantent encore

C’est Hiadydia Minte (qui finira meilleure évaluation chez les flammes) qui ouvre le score sur un joli mouvement collectif, et c’est Alina (meilleure évaluation et meilleure marqueuse Villeneuvoise) qui lui répond en solo. Un raccourci qui illustre la physionomie, au moins de la première partie de la rencontre, où les locales prirent rapidement l’avantage (10/4 aux cinq minutes), et où les nordistes, maladroites, tenaient grâce à leur défense (réduisant au silence les redoutables artilleuses ardennaises) et à des petits exploits individuels. Un monumental contre d’Aby sur Kaleena Lewis concluait la première période sur un 14/13 pas rassurant.

Et la deuxième passera de « pas rassurant » à « inquiétant » pour des Guerrières qu’on ne reconnaissait pas. Après que Jo, sur un 2+1 ait égalisé à 16, Lewis, pour la première fois, trouve la cible à trois points. Kamila, une fois de plus irréprochable, égalisera à nouveau à 22, mais les villeneuvoises sont très tôt dans la pénalité et l’écart se creuse, à coup de lancers francs et de deux autres triples de Lewis. Une faute stupide  à deux secondes de la fin sur une montée de balle donne deux lancers à Amel Bouderra et illustre la crispation des nordistes. 38/28. Dix points, ce n’est pas rédhibitoire à condition de changer de braquet. Quelques différences, à cette étape, interpellent comme le 46/16 en évaluation, 45%/35% au shoot et 9/3 en passes décisives.

La reprise donnera l’impulsion de la remontada. Valériane vole un ballon et va le déposer dans le cercle, Virginie offre à Alina une balle pour un 2+1 et voilà, en quelques instants, la moitié de l’écart qui est refait. Oh, bien sûr, Valériya Bereziynska relance son équipe, d’autant que, dans les instants qui suivent, c’est l’ESBVA-LM qui gamelle et les Flammes qui réussissent leur shoot, mais l’écart ne reviendra jamais aux dix points. La tension monte, et le match devient, reconnaissons le, intense et difficile à arbitrer. Après un triple de Valériane répondant à celui de Kim Mestdag, Aby, sur une action litigieuse rentre deux lancers… plus celui de la technique au coach local. 52/45 à l’ultime pause, l’ESBVA-LM remporte son premier quart-temps.

Vient donc le temps décisif, et on espére, côté Villeneuvois, que pèseront d’une part l’expérience accumulée lors de toutes ces rencontre intenses d’Euroleague, d’autre part la fatigue des carolomaceriennes qui ont joué dimanche en Coupe de France et qui ont bien moins de rotations. (Bouderra aura joué quarante minutes, visiblement au bout de ses forces, Lewis 34 et Minte 33, aucune Villeneuvoise n’atteignant ces chiffres). De fait, Kamila, de son spot à zéro degré repart à l’assaut, suivie d’Olivia et, en un peu plus d’une minute trente, l’écart est réduit à un point. Bereziynska prend sa cinquième faute et c’est Aby, d’un tir extérieur, qui fait passer les siennes devant d’un point à 3’30 du terme. Oh, certes, les Flammes ne se rendent pas. Bouderra, d’un triple se charge de le rappeler, et le public de l’Arena pousse son équipe, Mais Olivia, Alina et Kamila remettent villeneuve en tête, jamais de beaucoup, mais inlassablement. A quinze secondes de la fin, les locales n’ont d’autre ressource que faire faute. Jo rentre le premier, rate le second mais qui est là pour hériter du rebond disputé ? Olivia (meilleure rebondeuse de son équipe une nouvelle fois !), l’ESBVA-LM garde la balle. 61/63. Fin ? Joie. Retour sur terre. Il restait une seconde après la possession. Elle ne changera rien, et, symboliquement offrira à Fred, Ljuba (réclamée par le public pour mener le clapping) et les joueuses deux explosions pour cet exploit de combativité. Ça méritait bien ça.

Flammes Carolo Ardennes : 61 / ESBVA-LM : 63 (14/13 ; 24/15 ; 14/17 ; 9/18).  33 points du banc contre 13 ; Alina IAGUPOVA : 18 pts, 4 passes décisives ;  Kamila STEPANOVA : 12 pts ; Jo GOMIS : 10 pts ; Olivia EPOUPA : 6 pts, 6 rebonds ; Valériane AYAYI : 6 pts ; Aby GAYE : 5 pts ; Virginie BREMONT : 5 pts ; Marielle AMANT : 1 pt ;  Mame-Marie SY DIOP ; Liudmyla NAUMENKO

Mission accomplie pour Jo et ses partenaires, mais que ce fut dur !

Même quand on est dans le  camp des vainqueurs, on doit admettre que parfois le basket est cruel. Il le fut ce mercredi soir pour une valeureuse équipe de Charleville, dont il ne faudra pas oublier la qualité de basket et le danger, samedi soir à 17 heures au Palacium. Car il y a un deuxième tour, et un deuxième tour n’est jamais gagné d’avance. Il y aura donc besoin de tout le public, malgré l’heure inhabituelle pour pousser les Guerrières vers la deuxième finale de championnat de leur histoire.

Dans l’autre demi-finale, le Bourges Tango Basket s’est imposé à Montpellier. Va-t-on vers une nouvelle finale ESBVA-LM / Bourges ? réponse dans trois jours…

Laborieuses, puis accrocheuses, les Guerrières arrachent le premier point was last modified: avril 27th, 2017 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »