Lyon-ASVEL pour finir, commencer et se relancer.

Cette rencontre, qui conclut les matchs « aller » du championnat LFB, est aussi la première de 2018 au Palacium. L’ESBVA-LM reçoit, pour cette occasion, le club qui a, sans doute, fait le plus parler de lui depuis la fin de la saison précédente : le Lyon-ASVEL féminin (A signaler que le public villeneuvois reverra cette même équipe, juste une semaine après, dans le cadre de la Coupe de France). Après le faux pas de Braine, la bande à Fred a une feuille de route : reprendre sans délai la dynamique qui était la sienne avant la pause.

En 2018 comme les années précédentes, les Guerrières pourront compter sur leur public…

Le club de l’ancienne capitale des Gaules s’appelle désormais Lyon-ASVEL, et est le seul du pays à avoir, au plus haut niveau, une section masculine et une section féminine. Mais il a défrayé la chronique en portant à sa tête le Président le plus célèbre du basket français : Tony Parker. Dans la foulée, son recrutement d’intersaison fut spectaculaire : un duo d’entraîneurs qui a fait ses preuves à Montpellier (Valery Demory – Guy Prat), deux internationales transfuges de Bourges (Ingrid Tanqueray et Paoline Salagnac), la grande espoir Marième Badiane, l’intérieure américaine Haley Peters en provenance de Gérone (16,3 pts de moyenne sur la première partie de saison), la meneuse belge Julie Allemand venue de Braine et l’australienne Rebecca Allen qui évoluait l’an dernier à Kosice. Impressionnant, surtout si on ajoute que le secteur intérieur du club possède aussi depuis deux ans Djene Diawara, plusieurs fois meilleure rebondeuse du championnat.

Et pourtant, cette équipe, taillée pour jouer le titre, ne pointe actuellement qu’à la cinquième place du championnat (voir classement), à quatre points des deux premiers (dont l’ESBVA-LM). Étonnant. Mais explicable.

Si chaque équipe, au long d’un championnat a son lot de blessée (l’ESBVA-LM n’y échappe pas), le Lyon-ASVEL a sans doute, pour cette demi-saison, l’oscar de la malchance. Il a dû se passer très vite de Badiane et Diawara. Certes, il a réalisé un autre gros coup en recrutant temporairement Sandrine Gruda, mais, celle-ci étant vite passée en Turquie (Yakin Dogu), a fait appel à Elodie Christmann-Bertal. Et comme si cela ne suffisait pas, lors de la dernière journée avant la trêve (qui les a vu – ne l’oublions pas – l’emporter sur Montpellier) c’est Ingrid Tanqueray qui s’est sérieusement blessée au genou. Elle vient d’être remplacée par la meneuse belge Julie Van Loo qui a évolué il y a trois ans sous les couleurs de Mondeville…

Côté Villeneuvois, tout les supporters attendent, évidemment, une réaction pour cette première de l’année au Palacium. Autour des Zhurlants, ils seront, n’en doutons pas, nombreux à aider l’équipe à reprendre sa marche en avant pour la première de cette double confrontation avec le club Rhône-alpin.

Autres rencontre de cette dernière journée des matchs allers :

  • Samedi : Mondeville/Nice ; Tarbes/Roche-Vendée
  • Dimanche : Nantes/Hainaut ; Charleville-Mézières/Bourges ; Basket-Landes/Montpellier

A noter que les championnats du Centre de Formation reprendront les 13 et 14 janvier.

Lyon-ASVEL pour finir, commencer et se relancer. was last modified: janvier 4th, 2018 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »