La magie de la dernière minute a encore soufflé les Flammes.

Décidément, les matchs entre l’ESBVA-LM et les Flammes Carolo Ardennes ne seront, semble-t-il, jamais des matchs comme les autres. Comme si une espèce de fée se penchait toujours sur les nordistes pour les tirer de tous les mauvais pas. On se souvient, bien sûr des presque miraculeuses victoires de l’an dernier en demi-finale. Le plus anciens (et notamment Fred) n’ont pas oublié un mémorable match fondateur en décembre 2012. Peut-être que ce soir, l’enjeu était moindre, mais la victoire, dans la salle où les ardennaises étaient invaincues cette année, en championnat comme en coupe d’Europe, n’est pas moins belle et doit, tout comme celles qui l’ont précédé, énormément à une volonté presque surnaturelle de ne jamais rien lâcher de la part de la bande à Fred.

Une grande Joey ce soir encore

Dans une Caisse d’Epargne Arena toujours aussi belle mais pas tout à fait pleine, et où une cinquantaine de Z’hurlants avaient pris place, le match démarra à l’avantage des locales sous les coups de boutoir, notamment, de Clarissa Dos Santos. [Disons d’entrée qu’une panne, complète en première mi-temps, partielle sur toute la suite, des informations Box score LFB ne facilite pas la précision dans l’information des événements]. Après un back door de Joey et une passe décisive de Jo sur Mame-Marie, les villeneuvoises se réveillent. On note déjà deux éléments jouant en sens différent : des échecs répétés dans les tirs de loin mais une agressivité défensive qui permet de gagner des ballons. C’est ainsi qu’après six minutes de jeu, Jo égalise à 12 sur contre-attaque. Après une réalisation de Laetitia, la première pause survint sur un léger avantage aux locales (18/16)

Fred lance, à la reprise, Joyce dans le grand bain. La néo-Guerrière montre une belle énergie, même si, comme il est normal après deux entraînements, elle devra prendre sa place dans le jeu collectif. C’est Pauline qui, d’un triple, fait passer pour la première fois l’ESBVA-LM devant. Elle récidivera peu après, portant l’avance à six points. Un joli mouvement Joyce/Nevena/Marielle l’amènera à +8 mais Valeriya Berezhynska à deux reprises l’intérieur, puis l’inévitable Amel Bouderra depuis le corner, ramènent les Flammes au contact (27/28 aux cinq minutes) Hihadidya Minte fait passer Charleville devant. Un triple de Sara Chevaugeon, un nouveau chantier dans la raquette de Minte creusent l’écart. A l’ultime seconde, Nevena va chercher deux lancers francs qu’elle convertit.  38/35 à la mi-temps.  Faute de réussite extérieure, Pauline d’un côté, Dos Santos de l’autre sont à ce moment top scoreuses. Et on a déjà une conviction : ça se jouera au couteau.

Quand cette bande-là s’y met…

On croit un instant que les artilleuses du nord se réveillent : Joey, sur une transition rapide, rentre son premier triple pour égaliser. Mais cette réussite restera isolée. Plus embêtant, un peu de laxisme au rebond ou sur une remise en jeu ravivent les Flammes. Les Guerrières résistent aux lancers-francs (elles y seront globalement adroites ce soir). C’est d’ailleurs sur un lancer qu’Aminata permettra aux siennes de reprendre un point d’avance, qui deviendront trois sur sa réussite suivante. La défense devient intense, et l’ultime pause est atteinte avec, pour la première fois,des villeneuvoises devant (46/48)

Ce serait mal connaitre le courage et le talent qu’il y a dans cette équipe de Charleville que de penser qu’elles vont lâcher. Bouderra entame d’un triple. L’ESBVA-LM rate une contre attaque, Minte rentre ses deux lancers. Un nouveau raté dessous et Kalis Loyd y va aussi de son triple. Jo débloque un peu l’attaque, mais l’agressivité défensive laisse à désirer. Quand Fred prend son temps mort après deux minutes trente (et un amer 12/2) le score est à 58/50 et on s’inquiète dans les rangs des supporters villeneuvois. Et puis une contre-attaque conduite par Joyce qui finit sur Joey, un drive de Jo qui lui donne un 2+1 et, aux cinq minutes, l’écart n’est plus que de 3 points. Jouable. Sauf que Berezhynska à l’intérieur continue son festival et que les locales semblent être plus agressive pour conquérir les ballon. A 3’45 du terme, au deuxième temps-mort de Fred, l’écart s’est à peine réduit (62/55). On se dit alors que seul un retour in extremis de l’adresse peut sauver les visiteuses des Flammes. C’est Nevena, aux trois minutes, qui lancera le bouquet final des triples. Suivront Jo, puis Joey après une interception. A 1’31 de la fin, l’écart n’est plus que d’un point (65/64). Les Guerrières jettent toutes leurs forces dans une défense qui n’encaissera dès lors plus rien. Restait à marquer deux points. Mame-Marie donne l’avantage à l’ESBVA-LM à 9 secondes du terme. En bonus, Joey volera le dernier ballon et enverra Nevena… qui se fera un plaisir de convertir deux lancers. 65/68. C’est, une fois de plus, passé près, mais c’est encore passé. Et qui c’est qui s’est retrouvée à diriger son premier claping face aux supporters ? Evidemment Joyce. Il y a des bizutages plus désagréables…

Flammes Carolo Ardennes : 65 / ESBVA-LM : 68 (18/16 ; 20/19 ; 8/13 ; 19/20). Le contenu fantaisiste de la feuille de stat en ligne ne permet pas de donner d’autres chiffres que les points marqués.  Joey Leedham : 17 pts ; Jo Gomis : 15 pts ; Pauline Akonga : 11 pts ; Nevena Jovanovic : 8 pts ;  Mame-Marie Sy-Diop : 8 pts ; Marielle Amant : 4 pts ; Aminata Konate : 3 pts ; Laetitia Kamba : 2 pts  Joyce Cousseins-Smith ; Rejane Verin.

Autres résultats de ce samedi : Nantes 59/Tarbes 72 ; Mondeville 55/Basket-Landes 51 ; Hainaut 66/Roche-Vendée 58 ; Nice 56/Montpellier 82 ; Bourges 69/Lyon 53. Voir classement

Jouent également, ce week-end, les deux équipes du Centre de Formation.

Les U20 se sont inclinées samedi contre le leader, Sainte-Savine (57/72 après un beau dernier quart-temps).

Dimanche, les U18 se sont imposés face à Marne la Vallée 73/42.

Plus de précisions sur ces deux rencontres en suivant les liens sur les résultats.

La magie de la dernière minute a encore soufflé les Flammes. was last modified: décembre 6th, 2017 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »