Quatre quarts temps pour un cinquième quart

Mercredi soir, au Palacium, à 20h15 (attention, horaire inhabituel), les Guerrières joueront, sur quarante minutes, leur qualification pour les quarts de finales de l’Eurocup, contre les turques de Galatasaray. Notons au passage que ce serait, en cas de victoire, leur cinquième participation consécutive à ce niveau de cette compétition européenne.

L’horaire inhabituel vient d’un alignement de deux matchs, puisque ces quarante minutes se dérouleront simultanément à Villeneuve d’Ascq et à Charleroi.

Mais surtout à Villeneuve d’Ascq.

En effet, l’examen du classement montre une chose simple : si l’ESBVA-LM gagne, quel que soit le score, elle sera, quoiqu’il se passe ailleurs, qualifiée.

Mais, en cas de défaite, il faudrait regarder de Chraleroi, où les Castors de Braine reçoivent Prague. Si les belges perdent cette rencontre, l’issue est identique : les villeneuvoises sont qualifiées, s’ils la gagnent, alors ce sera Braine qui disputera les quarts au bénéfice du point-average.

On le voit, si on veut éviter ce scénario suspens, il vaut mieux compter sur soi et l’emporter au Palacium.

Vivre de moment de vérité est déjà une perf. Il faut rappeler que, au début de cette campagne d’Euroligue, dans une poule où toutes les équipes s’étaient sensiblement renforcées, peu osaient affirmer que, avant le dernier match, le (petit) club villeneuvois serait toujours en position qualificative pour l’Eurocup et aurait son destin entre ses mains. Il faut rappeler qu’un site de pronostic avait établi un classement prévisionnel dans lequel l’ESBVA-LM était donnée bonne dernière de la poule. Il faut aussi comparer – pour ne parler que du match de mercredi mais le raisonnement vaudrait sur tous les autres – l’abyssale différence de budget entre les deux clubs.

Ce ne sera donc pas une partie de plaisir. En trois rencontres (deux en 2015/2016 et le match aller cette saison en Turquie), l’ESBVA-LM n’a jamais battu l’équipe stambouliote. Mais les trois fois, la défaite avait laissé des regrets, ceux d’une victoire qui eut été possible sans des passages à vide funestes.

Cette fois, il est temps de concrétiser. Et pour cela, un rôle très important est dévolu, ils le savent et s’y préparent, aux Z’hurlants et à tout le public du Palacium. Et en tribune, on l’a vécu il y a deux ans, ce sera encore le cas cette année, il y aura du répondant du côté d’une forte colonie de supporters turcs.

Sur le terrain comme dans les tribunes, il faudra, mercredi soir, être à la hauteur de l’évènement.

Quatre quarts temps pour un cinquième quart was last modified: février 4th, 2018 by Sarah Derancourt

Comments are closed.

Translate »