« Content mais pas satisfait »

On ne se rend pas toujours compte quand un match bascule. C’est parfois bien loin de sa fin, et ça n’est pas forcément signé par un événement immédiatement remarquable. Ce mercredi soir, lors de ces retrouvailles du Palacium avec l’Euroligue, ce fut probablement dans les quarante-cinq dernières secondes de la première mi-temps, quand, dans un groupe malmené et mené de douze points, Virginie rentre un triple puis, sur l’attaque polonaise suivante, vole un ballon pour permettre à Jo d’en faire de même. Péripétie ? Pas de quoi, en effet, rassurer vraiment les spectateurs un peu inquiets de voir leur équipe à six longueurs des visiteuses à la pause et bousculée par une très forte équipe de Polkowice. Mais Fred avait de quoi donner du corps à son discours dans les vestiaires : « un match c’est quarante minutes » ; « on est encore en vie en jouant très moyennement et avec une adresse dérisoire » et surtout « Si on arrive à passer devant, avec l’aide du public, ça va être dur pour elles ».

Car une autre clé fut sans doute là. Si les organisateurs semblaient un peu déçus de n’avoir « que » 1200 spectateurs environ (affluence qui ravirait bien des salles françaises et européennes), ce public, emmené par des z’hurlants en pleine forme, fut totalement à la hauteur de l’événement et, après que Fred leur eût rendu hommage en conférence de presse, les joueuses (y compris, par exemple, Joey, pourtant habituée aux belles ambiances à Bourges) ont tenu à venir remercier cette sixième joueuse si précieuse.

Une bagarre taille « Euroligue »

Cette – au final – belle soirée, sous le patronage de notre partenaire Eiffage Energie, commença d’ailleurs illustrativement par trois ratés de chaque côté. Et le triple de Mame-Marie qui ouvrit le score n’inaugura pour autant pas une période de réussite. Certes Virginie gratifiera le public d’un de ses drives dont elle a le secret, puis d’une jolie passe sur Marielle, mais, l’équipe adverse étant, elle aussi, en panne d’adresse (0/7 à trois points dans la période), le score stagne longtemps à 9/8, avant que les polonaises ne se détachent. Un triple de Nevena permet une égalisation à 12 et le premier quart s’achève sur une légère avance des visiteuses (13/15) et une impression de « pas tout à fait en place » des locales.

Jo, en capitaine, relance ses troupes par deux caviars, sur Laeti et Mame-Marie qui permettent à l’ESBVA-LM de repasser brièvement devant, mais Bria Holmes (qui, à la pause, sera déjà à 14 points), rentre le premier triple de son équipe, les filles de Fred cafouillent devant la zone concoctée par le rusé Georgios Dikéoulakos, se montrent maladroites, y compris aux lancers francs et c’est ainsi que les locales se retrouvent à un inquiétant – 12 jusqu’aux 45 secondes salutaires évoquées plus haut. 26/32.

Et la reprise tarde à rassurer : un triple de Marielle gamelle et ressort, Alisha Clark (qui inscrira, elle, 14 points sur la deuxième mi-temps) se réveille sur un drive. Mais on note une montée en puissance de la défense des Guerrières qui permet une contre attaque de Jo. Le score reste autour de -8 un moment, avec un Polkowice dans la pénalité alors qu’il reste 6’30 à jouer. C’est peut-être cet étrange tir avec la planche de Pauline qui relance la machine. Une première réussite de Joey (toujours au bon moment) permet à tout le monde d’atteindre la dernière pause sur un score d’égalité 41/41.

La détermination de Joey en défense

Et la prédiction de Fred se réalisera. Si les visiteuses ouvrent les hostilités, Joey en drive puis Nevena sur contre-attaque mettent l’ESBVA-LM devant pour la première fois depuis un moment… et pour la dernière fois puisque les Polonaises, on l’ignore alors, n’arriveront pas à revenir. Comme une illustration, lors de l’attaque suivant elles enchaînent trois occasions grâce à leur rebond offensif, mais échouent trois fois. Laeti, laissée au repos pendant le troisième quart, sort de sa boite, sur un caviar de Joey d’abord, puis sur lancers francs. Jo, gamelle à trois points, mais sur la possession suivante trouve la cible, le coach adverse est contraint de prendre son dernier temps mort à 4’21 du terme. Il y aura bien un triple d’Antonja Sandric-Misura, et il y aura ces deux dernière minutes un peu fébriles face à des visiteuses qui tentent le tout pour le tout, mais l’illustration de l’esprit « collectif-Guerrières » sera peut être cette dernières action à 21 secondes du terme et +3, quand Mame-Marie rate ses deux lancers mais que les filles arrachent le rebond pour ressortir sur Joey, qui, elle, rentrera les deux siens. L’ESBVA-LM tient, pour son premier match, un premier succès en Euroligue que bien peu lui prédisaient.

… celle de Jo en attaque

ESBVA-LM : 65 / CCC Polkowice : 60 (13/15 ; 13/17 ; 15/09 ; 24/19). 8/19 à 3 pts, 26 points du banc (contre 17), 44 rebonds à 33 mais 9 lancers francs manqués, 37% à deux points et 27% à trois points. 20 balles perdues. Jo Gomis : 13 pts, 4 assists ; Joey Leedham : 11 pts, 4 assists ; Pauline Akonga : 9 pts, 10 rebonds Nevena Jovanovic : 9 pts ; Laetitia Kamba : 8 pts ; Mame-Marie Sy-Diop : 6 pts ;  Virginie Brémont : 5 pts ;  Marielle Amant : 4 pts ; Rejane Verin ; Aminata Konate.   Côté ¨Polonais, à noter les 2×18 points des deux américaines : Bria Holmes et Alysha Clarck, soit 60% des points de l’équipe à elles seules.

Alors, bien sûr, comme l’a rappelé un Fred qui s’est dit « content (du résultat) mais pas satisfait (du contenu) », il y a encore, et c’est une source d’espoir, de nombreuses pistes d’amélioration à travailler. Mais, ce soir, le public aura vibré et le Palacium, après bien d’autres exploits passés a encore vu tomber une équipe bâtie pour devenir une « grande d’Europe ». C’est pas si mal…

Autres résultats de la soirée : Dynamo Kursk 84/Castors Braine 68 ; Uniqa Sopron 72/Galatasaray 54 ; Prague 64/Bourges 61. Bref, toutes les équipes qui recevaient ont gagné.

Rendez vous ce samedi, toujours au Palacium, pour le deuxième match du championnat LFB : ESBVA-LM/Cavigal Nice.

« Content mais pas satisfait » was last modified: octobre 12th, 2017 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »