Si loin, si proche : Fin de voyage et début de Money-Time au bord de l’Adour

Tarbes constitue théoriquement, dans le championnat LFB, le plus lointain déplacement pour l’ESBVA-LM, mais, sur la route de retour d’Antioche, la salle du quai de l’Adour prend des air de voisinage. Ne nous y trompons pas cependant : le match de dimanche, pour les Guerrières, sera tout le contraire d’une étape de décompression. C’est le premier grand match d’un Money-Time qui durera jusqu’à la fin de la saison.

Mame-Marie et Pauline vs M.Plouffe et Aby. Comme à l’aller, une des clés du match.

Le Tarbes Gespe Bigorre est actuellement quatrième du classement, à égalité avec Nantes et Lyon. Il bataille donc pour cette quatrième place qui lui permettrait d’avoir l’avantage du terrain au premier tour des play-offs. Les filles de François Gomez étaient venues au Palacium le 4 novembre dernier, pour une victoire villeneuvoise pas si large (70/59) avec des visiteuses qui avaient sérieusement bousculé les nordistes en début de rencontre (16/25 au premier quart temps… déjà). Il convient aussi, pour mesurer la valeur de l’effectif gascon, de regarder un peu plus finement sa trajectoire : le TGB avait commencé le championnat avec trois défaites d’affilée, mais, depuis le 25 novembre, présente un bilan de six victoires (dont Charleville-Mézières) pour deux défaites seulement, contre Bourges et Montpellier.

L’ESBVA-LM misera aussi sur la forme de Jo.

C’est donc un groupe particulièrement solide et motivé, surtout chez lui, qu’iront affronter les villeneuvoises, sur le retour d’un long voyage. Un groupe toujours mené par l’intérieure canadienne Michelle Plouffe (14 pts et 10 rebonds de moyenne avec notamment 40% à 3 pts), l’ailière américaine Angela Bjorklund (49% à 3 points), la meneuse espagnole Ana Suarez ou la jeune française Adja Konteh, (plus de 12 pts de moyenne). Un groupe très solide à l’intérieur (trois filles d’1.90 et plus), au sein duquel Jo et les anciennes retrouveront, avec plaisir en marge du match, avec détermination sur le terrain, l’ex-Guerrière Aby Gaye.

Les Guerrières, de leur côté, ne jouent plus que le championnat et ont une mission : conserver, au moins, leur deuxième place de la saison régulière, ce qui les ferait entrer dans l’histoire du club. La première place reste possible mais ne dépend pas que d’elles. La deuxième si.

Tout le monde au combat !

La réussite de cet objectif implique de bien négocier ce premier grand test sur les bords de l’Adour dimanche à 15h30 (match à suivre par le lien vidéo). Cela passe peut-être par l’amélioration des entames de match : depuis le 3 février, et la visite du Hainaut Basket, les Guerrières n’ont gagné aucun premier quart temps, et leurs deux défaites ont découlé de dix premières minutes calamiteuses (22/8 à Bourges, 30/12 à Hatay). Mais Fred et les filles peuvent aussi s’appuyer sur l’expérience de l’Euroligue et des périodes encourageantes qui leur ont permis de tenir tête à un grand d’Europe et de se maintenir à la deuxième place du championnat. Il faut maintenant à la fois améliorer et confirmer.

Samedi soir, ce seront déroulées les autres rencontres de cette dix-septième journée : Roche-Vendée 60/Lyon 84 ; Hainaut 65/Montpellier 69 ; Nantes 72/Basket-Landes 57 ; Mondeville 62/Charleville-Mézières 82 ; Nice 60/Bourges 75. Voir classement

Et si vous pouvez aller encourager les U20, à l’effectif toujours très handicapé : samedi à 20 heures salle Pierre Loti à Wasquehal, n’hésitez pas, elles auront bien besoin de soutiens.

Si loin, si proche : Fin de voyage et début de Money-Time au bord de l’Adour was last modified: mars 10th, 2018 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »