Une si belle dernière… Esperons

A bien des égards, on aimerait que cette belle soirée soit la dernière de la saison au Palacium pour ce vrai groupe de Guerrières, lourdement frappé, depuis fin novembre, par les blessures et qui a parfois été injustement critiqué.

Un groupe lourdement frappé par les blessures et qui a montré toutes sa solidarité et ses valeurs de Guerrières

On aimerait, certes, parce qu’il est toujours bien de finir sur une victoire, mais cet aspect est totalement anecdotique pour une série de matchs sans aucun autre enjeu que de classer deux clubs cinquième et sixième des play-offs (et non, comme on l’entend parfois, de la saison : ce classement, celui du championnat inscrit – et ce sera ainsi dans les archives – l’ESBVA-LM à la troisième place, comme les trois saisons précédentes), identiquement qualificatives en Coupe d’Europe. Pour le bilan carbone du championnat comme pour le bilan fatigue des joueuses, ne pourrait-on réfléchir à se dispenser de ces matchs de trop ?

On aimerait justement parce que les joueuses (des deux équipes) aspirent légitimement au repos et aux vacances et que tout sportif sait que c’est souvent dans les extra-time mous que les blessures les plus stupides arrivent.

On aimerait enfin, parce qu’il sera sans doute difficile de finir sur une meilleure impression. Bien sûr, ce ne fut pas le meilleur match de la saison (Fred aurait tendance à élire la victoire contre Galatasaray, devenu depuis vainqueur de l’Eurocup), mais assurément un match bien sympathique, curieusement intéressant tactiquement, et un des plus représentatifs de la solidarité et de la combativité de ce groupe de Guerrières.

Plantons le décor : Sans Joyce, sans Mame-Marie, et sans Pauline, avec une Virginie pas encore à 100% et une Joey dont on se demande si son genou tiendra, comment faire face à cette redoutable formation landaise au complet. Fred a dû se transformer en « Monsieur Bricolage » tactique. Si l’option « défense de zone » s’imposait avec seulement deux intérieures à protéger des fautes, l’accessit du concours Lépine revient sûrement à l’invention « Joey en intérieur de secours ». La capitaine anglaise y montra son abnégation, et son intelligence de placement et déplacements.

Plantons le décor d’un Palacium, certes moins plein que lors des matchs à enjeu, mais dont les 1150 spectateurs feraient envie ailleurs et dont les inusablement fidèles z’hurlants tinrent, en lien avec un speaker venu en voisin de Charleville et quelques supporters venus en voisins de Saint-Amand, leur rôle de « super ambianceurs ». Et l’ambiance d’avant match était à la fête à l’image de ces furtives passes de rock entre Ljuba et Joey sur un dynamique medley du DJ.

Et donc il fallut jouer. On comprit vite que, côté Villeneuvois, la consigne était de prendre les shoots. 11 réussites à trois points au final, c’était le bon choix. On ne le sait pas encore alors, mais on devine, en voyant successivement Laetitia, Jo (24 points ce soir) et Virginie rentrer leurs triples, que « ça peut le faire ». Il faut aussi défendre et on s’amuse à voir Joey gagner astucieusement un duel contre l’impressionnante Cierra Bravard. 19/17 pour les villeneuvoises à la première pause : dans les gradins, on apprécie le spectacle.

Il se prolongera, toujours aussi agréable. En défense pour les nordistes, mais aussi en attaque où Nevena se joue de son ex-partenaire Céline Dumerc, où Hélène propulse Aminata en contre-attaque et où les combinaisons Joey/Marielle font merveille. Certes, les filles de Cathy Melain jouent de malchance avec quelques triples qui échouent d’un rien, mais les interceptions de Jo et Virginie font mal. Miranda Ayim se démène et les villeneuvoises ont quelques ratés mais, en ces temps cannois, la palme du beau geste ira, juste avant la pause, à Jo et un spectaculaire cross de killeuse qui met son adversaire sur les fesses et le ballon dans le cercle. 41/25 à la mi temps : dans les gradins, on se régale.

Quand Jo Gomis est au sommet de son art, nulle ne l’arrête.

Evidemment, la deuxième moitié sera plus difficile pour des Guerrières, toujours aussi courageuses, mais de plus en plus sur le fil, d’autant que les landaises, auteures d’un catastrophique 1/13 à trois points à la mi-temps, retrouvent une adresse plus conforme à leur standing. L’écart se stabilise et on peut, à loisir, apprécier un joli « moment all star game » : 7 triples d’affilée ! quatre pour les nordistes (Jo deux fois, Joey et Laetitia) en alternance avec trois pour les visiteuses (Dumerc deux fois et Alexia Plagnard). 65/51 à la dernière pause : dans les gradins, on s’enthousiasme.

On s’enthousiasme, mais on s’inquiète car le carburant baisse dans les réservoirs villeneuvois. La défense de zone nécessite une grande mobilité et le combat intérieur une énergie de compensation des centimètres et des kilos. C’est pourtant à l’énergie que les villeneuvoises remontent au front, sous l’impulsion d’une Aminata intenable : un triple, une interception et deux lancers, puis trois rebonds offensifs en quelques dizaines de secondes. Mais, en parallèle, la réussite villeneuvoise chute et les contre-attaques landaises se succèdent. Aux trois minutes, l’écart est tombé à dix points. Sur une balle perdue, puis un oubli défensif, il descend à six, soit, potentiellement, deux possessions. Au buzzer d’un temps d’attaque, c’est Nevena qui tuera le match et qui aura l’honneur, bien mérité, d’inscrire le dernier panier de la rencontre et, on l’espère, le dernier panier au Palacium de la saison. 79/72. Superbe victoire de la solidarité d’un groupe qui mérite cette belle sortie. Dans les gradins, on savoure un dernier clapping pour lequel on réclame, bien sûr, Jo, au double titre de meilleure marqueuse du match et de capitaine de ce groupe.

ESBVA-LM : 79 / Basket-Landes : 72 (19/17 ; 22/8 ; 24/26 ; 14/21). A noter les 41% à 3 points et les 14 interceptions villeneuvoises (contre 7). Jo Gomis : 24 pts, (4 triples), 16 d’évaluation (25′) ; Joey Leedham : 14 pts, 18 d’éval (33′) ; Marielle Amant : 11 pts ; Laetitia Kamba 10 pts (3/4 à 3 pts) , 6 rebonds, 4 passes décisives (33′) ; Aminata Konate : 9 pts (21′) ; Nevena Jovanovic : 8 pts (30′) ;  ; Virginie Brémont : 3 pts, 4 passes décisives (18′) ;  Hélène Jakovljevic (15′) ; Joyce Cousseins-Smith ; Elena Hamiani. 

**********

Match retour, donc, samedi à Mont de Marsan. Le site vous fournira le résultat de cette rencontre, mais pas le compte rendu, faute de retransmission depuis la salle de Mont de Marsan. Ensuite… ?

Ensuite et exceptionnellement, je conclurai par un message personnel, puisque, à l’avenir, votre actuel rédacteur du site vivra d’autres projets. Je remercie vivement toutes celles et tous ceux qui ont suivi, depuis six ans, ces écrits parfois fantaisistes, et qui, à l’occasion, ont eu la gentillesse de me faire savoir qu’ils les avaient aimés. J’ai, pour ma part, toujours pris plaisir à les écrire, convaincu que ce lien avec les supporters, partenaires et autres était important et qu’un grand club devait avoir ce que Paul Ricoeur appelait une « identité narrative ». Je voudrais enfin remercier toutes celles et tous ceux qui ont rendu possible cette page passionnante de ma vie que fut l’ESBVA puis l’ESBVA-LM.  Mes pensées vont plus particulièrement à Fred, aux supporters-Z’hurlants, aux nombreux amis (ils se reconnaîtront) du club et de son entourage, et à beaucoup de joueuses (trop pour les citer) que je n’oublierai pas. J’avais choisi d’endosser, pour cette dernière rencontre, le T.Shirt de la victoire européenne 2015. J’ai été aussi heureux de revoir récemment Emma. Je souhaite, de tout cœur, bonne chance à l’ESBVA-LM

Une si belle dernière… Esperons was last modified: mai 16th, 2018 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »