Les vents d’ ouest et l’inconstance des sentiments

En quatre jours, deux équipes de l’ESBVA-LM : les U17 et les pros, feront vivre aux supporters des affections versatiles dans une séquence où, malgré une unité de lieu éclatée, l’ouest sera présent partout.

Les premières à entrer dans la danse seront les U17 de Ljuba qui défieront leurs homologues de l’USO Mondevillesamedi à 20h à Compiègne, au titre des quarts de finale de la Coupe de France. En cas de victoire, elles enchaîneront le lendemain avec la demi-finale (voir infos sur la page Coupe de France). En toute logique sportive, les Mondevillaises joueront là le rôle d’adversaire.

Mais il arrive que les sentiments du samedi ne soient plus ceux du mardi. Le deuxième acte, à l’occasion de la dernière journée de la saison régulière lfb, aura, elle-aussi, un fort parfum d’ouest.

Les Guerrières se rendront dans la salle du complexe sportif Mangin Beaulieu de Nantes et ses 2500 places. Leur appartenance au top 4, qui garantit un quart de finale avec avantage du terrain, est acquise depuis plusieurs semaines. Mieux : depuis samedi dernier et la victoire contre Lyon, elles sont définitivement installées sur le podium de la saison régulière. Monter encore une marche ? C’est possible : la deuxième place (qui garantirait aussi une demi-finale avec avantage du terrain) n’est pas totalement inaccessible. Mais il faut une conjonction heureuse : que l’ESBVA-LM l’emporte, et que, dans le même temps, Charleville-Mezières, actuel deuxième, s’incline.

Or, qui aura la charge de battre les ardennaises ? L’USO Mondeville qui, donc, mardi, deviendra, le temps d’une soirée, notre nouveau meilleur ami. (à titre éphémère puisque les normandes pourraient fort bien recroiser Fred et son groupe au niveau des quarts de finale).

Ce weekend prolongé sera donc balayé par les vents d’ouest. Il appartiendra à Jo et ses coéquipières, c’est leur part du contrat, de les dompter sur la côte atlantique. Loin de là, les supporters villeneuvois ne pourront qu’espérer que les bourrasques normandes s’avéreront irrésistibles dans les Ardennes. En se souvenant (un peu douloureusement) que le groupe de Romain L’hermitte a été capable de créer des surprises, il n’est pas interdit de croire à un renversement de situation, comme les dernières journées de championnat en provoquent parfois. Un tel dénouement viendrait mettre la cerise sur le gâteau de la formidable deuxième moitié de parcours des Guerrières qui n’ont perdu qu’un seul match retour (sur le terrain de Montpellier, champion de France en titre et leader de la saison régulière)

Hormis, donc, cette défaite dans l’Hérault, le dernier faux pas des villeneuvoises en championnat remonte au 17 décembre 2016, au Palacium, contre… Nantes. C’est dire qu’il régnera aussi, dans le match de mardi, un parfum de revanche pour la bande à Fred. Et atteindre cet objectif là ne dépend de personne d’autre que des Guerrières.

Jo et ses coequipières ont un « raté » de décembre à corriger…

Les nantaises, quant à elles, viennent de s’assurer leur place en Playoff (elles y seraient probablement les adversaires en quart des villeneuvoises si le miracle évoqué plus haut se produisait). Elles joueront sans pression et ne laisseront sans doute pas filer le match, ne serait-ce qu’avec l’objectif de rester la seule équipe française que l’ESBVA-LM n’aurait pas réussi à battre au moins une fois cette saison. Mais Jo et ses partenaires ne l’entendront pas de cette oreille…

Autres rencontres de cette dernière journée : Montpellier/Angers (le match des extrêmes sans impact au classement) ; Tarbes/Hainaut (confirmation pour l’UHB de sa place en playoff ?) ; Lyon/Basket-Landes et Bourges/Nice (une grosse surprise à Bourges pourrait inverser les places 4 et 5, voire la huitième place en playoff) et donc … Charleville-Mézières/Mondeville (allez l’USOM !)

Les vents d’ ouest et l’inconstance des sentiments was last modified: mars 23rd, 2017 by Marc Delgrange

Comments are closed.

Translate »